26.08.2020 à 22:07

CanadaPar téléphone, il entend sa fille se faire tuer par un ours

Une Canadienne de 44 ans a été attaquée par un plantigrade, jeudi dernier devant chez elle. Elle parlait avec son père au moment du drame.

de
joc
Stephanie passait des vacances avec sa famille dans le chalet familial.

Stephanie passait des vacances avec sa famille dans le chalet familial.

DR

Un drame est survenu devant le chalet d’une famille canadienne, jeudi dernier près de Buffalo Narrows (province de la Saskatchewan). Stephanie Blais se trouvait devant la maison et parlait avec son père via un téléphone satellite quand un ours noir l’a prise pour cible. «Elle m’appelait pour me dire que la conduite d’eau ne fonctionnait pas et que son mari l’avait réparée. Ensuite, elle a demandé à son fils Eli de vite aller dans la maison chercher une antenne», témoigne Hubert Esquirol.

C’est devant ce chalet que la victime a été attaquée.

C’est devant ce chalet que la victime a été attaquée.

Hubert Esquirol

Ce seront les derniers mots de la mère de famille de 44 ans, rapporte CKOM. Le père de Stephanie a soudainement entendu des bruits ressemblant à des grognements. «Je suis resté en ligne plusieurs minutes avant de raccrocher, et j’ai essayé de rappeler. Ces bruits étaient vraiment perturbants. J’ai vaguement pensé à une attaque, mais elles sont extrêmement rares», explique le père de la victime.

Jamais eu de problèmes avec les ours

Curtis, le mari de Stephanie, a appelé son beau-père dix minutes plus tard pour lui annoncer la terrible nouvelle. Il lui a expliqué qu’un ours avait attaqué sa femme et qu’il refusait de lâcher sa prise. Curtis a fini par abattre le plantigrade, avant d’essayer de réanimer son épouse. En vain. Le fils du couple, 9 ans, a assisté à cette effroyable scène depuis l’intérieur de la maison.

Le père de la victime, qui passe régulièrement des vacances dans ce chalet, a l’habitude d’y croiser des ours. Et il n’a jamais rencontré le moindre problème avec ces animaux. Un garde-forestier estime que rien n’a provoqué cette attaque. Il ajoute que l’estomac de l’ours était plein de baies, ce qui tend à démontrer que l’animal n’avait pas faim. «Stephanie était dans son champ de vision. Elle avait le dos tourné. Elle ne l’a pas vu», estime Hubert Esquirol, qui salue la réaction de son beau-fils: «Il a géré la situation extrêmement bien. Cela aurait pu être bien pire. Les enfants auraient pu être près d’elle au moment de l’attaque», conclut-il.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!