Actualisé 02.04.2020 à 13:29

Fribourg

«Paradoxalement, nous avons moins de patients»

Les urgences de l'HFR ont mis sur pied des filières pour séparer les patients potentiellement atteints du Covid-19 des autres. Mais au total, ils sont étonnamment moins nombreux que d'habitude.

de
xfz

Mercredi, l'Hôpital fribourgeois (HFR) a invité la presse aux urgences afin de montrer les structures mises en place dans le cadre de la pandémie de coronavirus. Principal changement: deux filières ont été créées pour séparer les patients potentiellement atteints du Covid-19 des autres.

Les malades sont accueillis dans un premier temps par la Protection civile. En cas de suspicion de coronavirus, le patient sera conduit vers des tentes aménagées à l'extérieur du bâtiment hospitalier. Là, on pourra lui faire un frottis pour un dépistage, ainsi qu'une première consultation de triage.

Si des examens supplémentaires s'avèrent nécessaires, le malade entrera aux urgences, à proprement parler. La réception franchie, les patients «Covid-19» sont dirigés d'un côté et les autres prennent le chemin opposé. «Sur les 20 boxes dont disposent les urgences, environ la moitié sont réservés au coronavirus», explique le Dr Vincent Ribordy, médecin-chef transversal des Urgences HFR.

«Nous avions une moyenne de 120 passages quotidiens»

Sur place, il est toutefois étonnant de constater que l'activité n'est pas aussi frénétique qu'on pourrait l'imaginer. «C'est ce que j'appelle le paradoxe du coronavirus. Alors qu'on s'attendait à être débordés, en réalité, nous avons nettement moins de passages qu'en temps normal. D'habitude, nous avions une moyenne de 120 passages quotidiens. Maintenant, nous en avons environ la moitié», détaille le Dr Ribordy.

Qui explique le phénomène par deux raisons. «La première, c'est que l'activité humaine a ralenti», dit-il. Les gens se déplacent moins et font moins de sport ou de soirées arrosées. Bref, les accidents professionnels ou de loisirs sont moins nombreux. «Deuxièmement, ceux qui viennent le font pour de vraies urgences. Alors que, d'ordinaire, beaucoup viennent quand ils auraient pu simplement se rendre chez leur médecin traitant», se réjouit le responsable des urgences.

A noter que le canton dispose désormais de plusieurs points d'accueil pour les personnes présentant les symptômes du coronavirus: en plus de Fribourg, elles sont reçues à Morat, Tavel, Riaz, ou Châtel-Saint-Denis. Ce qui n'était pas le cas il y a encore quelques jours.

Le bon réflexe

Dans tous les cas de problème de santé, il est recommandé de commencer par appeler le 144, pour les urgences vitales, ou la hotline coronavirus (084 026 17 00), la garde médicale ou son médecin traitant.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!