31.07.2020 à 16:08

Aide aux paysans montagnards

«Parce que tu te croyais en vacances?»

Même s’il n’avait pas besoin de notre aide, nous avons forcé la main d’un agriculteur de Vallorbe, qui a dû nous apprendre les ficelles du métier. Mais tout ceci n’avait qu’un seul but: se rendre intéressante sur Instagram.

de
Sophie Zuber

En mai déjà, l’appel était solennel. Pour l'été, Caritas Suisse recherchait un millier de bénévoles disposés à soutenir des familles de paysans de montagne, ceci afin de palier au manque de personnes qui, en temps normal, seraient venues de l’étranger. Si l’association espérait un mouvement de solidarité, elle fut même victime de son succès (voir encadré).

Aider à la ferme? Pas bête! Car au lieu de partir en vacances à la recherches des lieux les plus «instragramables», il est plus facile de se redorer le blason sur les réseaux sociaux en se frottant aux locaux.

«T’es la bienvenue mais laisse-moi tomber ce natel!» Agriculteur aguerri, Jérémy Kolly, 33 ans, nous a ouvert les portes de son domaine à Vallorbe (VD). Et c’est non sans humour qu’il nous a appris les ficelles du métier, qui ne s’apprend pas du jour au lendemain.

Une solidarité sans précédant

Si l’appel de Caritas-Montagnards a eu un succès phénoménal, il reste tout de même quelques places vacantes jusqu’à fin septembre. Les urgences ne peuvent cependant pas être planifiées et il est possible que d'autres exploitants fassent appel au programme à la dernière minute. L’association précise que tout engagement est possible seulement si vous n’avez pas de symptôme du Covid-19 (difficultés respiratoires, toux, fièvre).

Cette vidéo fait partie de la rubrique «Sophie est de sortie», un concept décalé qui met en lumière les événements marquants de notre chère Suisse romande. Retrouvez toute la série ici.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!