Parés de graffitis, les jeans de Dians sortent du lot

Actualisé

Parés de graffitis, les jeans de Dians sortent du lot

A 22 ans, José-Alfredo Diansoka rêve de suivre les traces des styliste Jean-Paul Gaultier et John Galliano.

Dans le monde branché de la nuit, ses vêtements customisés font fureur. Graffitis de couleur, brillants, intégration de petits objets déco sur les jeans ou les vestes, José-Alfredo Diansoka travaille selon ses envies.

«Je mets mes pensées dans ce travail, c'est ma manière de m'exprimer», explique ce jeune créateur qui rêve un jour de faire de la haute couture. «Pour moi, c'est un domaine qui fait encore beaucoup rêver et j'aime bien l'idée de devenir un jour un marchand de rêves», explique le jeune créateur. A l'image de ses idoles Jean-Paul Gaultier et John Galliano, il ne fait pas dans le gris souris, le tiède ou le passe-partout. «J'aime l'idée que les gens se démarquent des autres avec mes vêtements customisé».

Le jeudi 19 octobre prochain, José-Alberto Diansoka, connu en tant que styliste sous le nom de Dians, présentera cette première facette de son métier au bar Le Karma dès 22h30. En parallèle, il est déjà plongé dans la préparation de sa collection printemps-été 2007, tout en révisant intensément sa culture générale afin de passer le concours d'entrée de l'Ecole de Couture en mars prochain.

«Quand je suis bien habillé, je me sens bien dans mes pompes». Un sentiment qu'il aime faire partager, notamment avec les ados. «Je m'inspire de leur univers, de la musique qu'ils aiment ou des séries qu'ils regardent.» Avec à la clé un certain succès.

Catherine Hurschler

Ton opinion