France: Paris devra faire face à une grève à la RATP
Actualisé

FranceParis devra faire face à une grève à la RATP

L'appel au débrayage avait été lancé avant les attentats de samedi. Trois des quatre syndicats l'ont maintenu.

Image d'archives.

Image d'archives.

Le réseau des bus de la région parisienne sera perturbé mercredi par une grève des chauffeurs qui réclament des embauches. La RATP prévoit en moyenne trois bus sur quatre à Paris et en banlieue.

Décidé avant les attentats, l'appel à la grève avait été initialement déposé par quatre organisations représentatives à la RATP-bus (CGT, SUD, FO et Unsa). Il a été maintenu par trois syndicats, parfois contre l'avis de leurs organisations centrales. Ces syndicats ont en revanche annulé la manifestation qui était prévue devant le siège de la RATP à Bercy.

L'appel à la grève court de mardi 22 h à jeudi 8 h. Dans leur préavis, les syndicats de machinistes pointent une «politique de productivité effrénée», qui «a réduit les effectifs du département bus» et met «en souffrance» les chauffeurs.

Sécurité renforcée

A la suite des attentats de samedi, la RATP a par ailleurs annoncé qu'un millier d'agents seraient déployés chaque jour dans les transports en commun d'Ile-de-France.

Mise en cause par les médias, un des kamikazes du Bataclan ayant été chauffeur de bus à la RATP jusqu'à sa démission, en 2012, alors qu'il commençait à se radicaliser, la direction a réagi. La PDG, Elisabeth Borne, a rappelé qu'«aucun écart» par rapport au code de conduite interne en matière de laïcité ne lui avait été signalé depuis son arrivée en mai dans cette entreprise de 43'000 employés et que «s'il devait y en avoir, tout ce qui est sanctionnable sera sanctionné».

Des incidents tels le refus d'obéir à des femmes, le refus de conduire un bus si une femme l'avait conduit avant ou la cessation du travail pour pouvoir prier avaient été relatés dans la presse. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion