Ligue des Champions: Paris doit se contenter du match nul face à Chelsea
Actualisé

Ligue des ChampionsParis doit se contenter du match nul face à Chelsea

Malgré une performance de choix, le PSG est en ballottage défavorable en huitième de finale de la Champions League.

Ce résultat lèse la formation de Laurent Blanc qui a peut-être livré son plus beau match de la saison. Face à un adversaire qui a marqué sur pratiquement sa seule véritable action de la rencontre, les Parisiens ont exercé après la pause un ascendant total. Seulement, Jose Mourinho sait parfaitement bâtir une équipe vouée essentiellement à défendre. Il y a cinq ans, il avait remporté la Ligue des Champions avec l'Inter avec une telle philosophie de jeu. Cette saison, le Portugais peut toujours rêver d'une issue aussi heureuse. Le 11 mars à Stamford Bridge au coup d'envoi du match retour, c'est bien Chelsea qui jouera sur du velours contre une équipe qui sera condamnée à se découvrir.

Laurent Blanc avait innové au coup d'envoi. Pour la première fois de la saison, il a titularisé David Luiz en ligne médiane, le poste qui était le sien la saison dernière à... Chelsea. Ce choix traduisait bien l'une des ambitions des Parisiens: muscler leur jeu pour ne pas concéder ce but à l'extérieur qui fait si mal. Ils ont ainsi pratiquement défendu tout le match à deux sur Hazard. Le Belge fut transparent toute la soirée.

Un but improbable

Mais face à ce «monstre» de réalisme que peut être le Chelsea de Jose Mourinho, être bien en place ne suffit pas. Les Londoniens sont, en effet, capables cette saison de frapper à tout moment, de marquer aussi parfois des buts improbables comme Ivanovic au Parc des Princes. A la 36e minute, le latéral serbe battait Sirigu après une déviation de Cahill sur un centre de Terry. Les trois défenseurs les plus robustes de Mourinho ont su conjuguer leur talent pour marquer un goal d'une très grande finesse.

Le boss de Stamford Bridge avait, lui aussi, opéré un choix fort au coup d'envoi avec la présence de Courtois dans la cage. Préféré à Cech, le Belge a pleinement justifié cette confiance avec trois parades sur des têtes de Matuidi (11e), Ibrahimovic (11e) et Cavani (34e). Mais malgré tout son brio, Courtois n'a rien pu faire sur une nouvelle tête de Cavani. A la 54e, l'Uruguayen surgissait sur un centre de Matuidi pour signer une égalisation mille fois méritée. Six minutes plus tard, les Parisiens bénéficiaient d'une occasion en or sur une percée d'Ibrahimovic. Mais le Suédois échouait devant Courtois, et sur le renvoi Lavezzi voyait sa frappe repoussée presque miraculeusement par Azpilicueta. A la 80e, le Belge connaissait une nouvelle alerte avec Cavani qui se présentait seul devant lui mais dans un ange trop fermé pour qu'il puisse cadrer. Sa dernière survenait à la 92e sur une tête à bout portant d'Ibrahimovic qu'il déviait en corner.

A aucune autre

Cette seconde période incitera les Parisiens à croire en leur étoile pour le match retour. Si Ibrahimovic et Cavani sont dans les mêmes dispositions que lors du match aller, les Parisiens ont les moyens de prendre leur revanche sur les Londoniens qui les avaient éliminés l'an dernier en quart de finale à la 87e minute du match retour. Mais avec ce Chelsea, il ne faut jurer de rien. Cette équipe ne ressemble à aucune autre avec sa faculté à la fois de défendre à neuf pendant 90 minutes mais aussi d'enflammer son public à Stamford Bridge les soirs de grâce.

Ton opinion