Actualisé 01.04.2008 à 12:57

Paris pourrait accueillir des FARC comme «réfugiés politiques»

Le premier ministre français François Fillon a réaffirmé mardi que la France accepterait d'accueillir sur son territoire des membres des FARC détenus en Colombie en échange de la libération d'Ingrid Betancourt.

Ces derniers se verraient accorder le statut de «réfugiés politiques».

«La France fait tout ce qu'elle peut» pour la libération de l'otage franco-colombienne, «et dans les propositions que nous avons faites, il y a celle qui consiste à accueillir sur le territoire français des FARC qui ont été faits prisonniers par le gouvernement colombien, sous un statut de réfugié politique», a-t- il expliqué sur France Inter.

«La France a fait cette proposition», a-t-il ajouté, «parce que la France pense que rien ne doit être négligé pour obtenir la libération d'Ingrid Betancourt».

M. Fillon avait proposé dès le 19 décembre 2007 que la France accueille des membres des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) qui seraient libérés en échange des otages de cette guérilla.

De plus, la France n'a pas exclu d'aider la guérilla à obtenir un statut plus respectable si elle libérait Ingrid Betancourt et s'engageait à rompre avec toute pratique terroriste, dont la prise d'otages. Les FARC sont classées sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne et des Etats-Unis depuis 2002.

Le président colombien Alvaro Uribe a lancé un appel ce week-end aux guérilleros qui détiennent des otages à la désertion. Il avait jeudi affirmé être prêt à libérer des guérilleros emprisonnés si les FARC libéraient immédiatement Ingrid Betancourt.

Les tractations se sont accélérées ces derniers jours pour la libération de l'otage dont l'état de santé est alarmant selon plusieurs témoignages.

«Betancourt est vivante mais n'accepte pas les médicaments et la nourriture que lui donnent les guérilleros», a indiqué lundi la radion colombienne Caracol, faisant état d'un rapport des services de renseignements.

«Ingrid vomit constamment et souffre de diarrhée», a ajouté la radio rapportant plusieurs témoignages. Toujours selon ces sources, l'ancienne candidate des Verts à l'élection présidentielle, a un besoin urgent de transfusion sanguine.

«Récemment, il lui a été administré un médicament du nom d'atropine, pour les insuffisances respiratoires et cardiaques», selon Caracol. Depuis quelques jours, plusieurs témoins, des villageois vivant dans le sud-est du pays, ont fait état d'une forte détérioration de l'état de santé de l'otage qui souffre d'hépatite B. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!