Actualisé

Polanski arrêté en SuisseParis veut «rapidement une issue favorable»

Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski est en garde à vue en Suisse et en attente d'extradition.

Il a été arrêté samedi à son arrivée dans le pays, où il devait recevoir un prix au Festival du film de Zurich. Il a été arrêté en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y a 30 ans pour une affaire de moeurs. Polanski a été mis en «détention provisoire en attente d'extradition», mais peut faire appel de la décision, a indiqué dimanche un porte-parole de l'Office fédéral de la justice (OFJ).

La remise du prix prévue ce dimanche est reportée à une date indéterminée, a indiqué dimanche dans un communiqué le Festival du film de Zurich. Le cinéaste de 76 ans aurait dû recevoir un prix d'honneur pour l'ensemble de son oeuvre.

Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de 13 ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours.

Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds depuis plus de 30 ans sur sol américain.

Kouchner s'entretient avec Calmy-Rey

«M. Kouchner s'est entretenu avec Mme Micheline Calmy-Rey, conseillère fédérale en charge des Affaires étrangères», écrit le ministère.

«Il lui a fait valoir le souhait des autorités françaises que les droits de M. Polanski soient pleinement respectés et que cette affaire trouve rapidement une issue favorable», poursuit le texte.

Le ministère précise que les avocats du cinéaste, naturalisé français en 1976, ont «pris contact avec les autorités françaises à la suite de son interpellation».

«Notre ambassadeur en Suisse et notre Consul Général à Zurich ont immédiatement saisi les autorités suisses afin d'exercer le plus rapidement possible le droit de visite consulaire», indique le communiqué.

Plus tôt, le ministre français de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, s'était déclaré «stupéfait» par cette arrestation.

Il avait précisé qu'il «s'en est entretenu avec le Président de la République, Nicolas Sarkozy, qui suit le dossier avec la plus grande attention et partage le souhait (...) d'une résolution rapide de la situation».

Mitterand alerte Sarkozy

Le ministre français de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, s'est déclaré dimanche «stupéfait» par l'arrestation du cinéaste Roman Polanski en Suisse, dont il rappelle qu'il est citoyen français.

Le ministre «vient d'apprendre avec stupeur la procédure engagée à l'encontre de Roman Polanski, réalisateur de cinéma de réputation internationale et citoyen français, actuellement retenu en Suisse», indique le ministère dans un communiqué.

M. Mitterand précise qu'il «s'en est entretenu avec le Président de la République, Nicolas Sarkozy, qui suit le dossier avec la plus grande attention et partage le souhait (...) d'une résolution rapide de la situation».

«Sans vouloir s'immiscer dans un processus judiciaire très ancien et donnant lieu à des appréciations exagérées», Frédéric Mitterrand indique qu'il «regrette de la manière la plus vive qu'une nouvelle épreuve soit ainsi infligée à celui qui en a déjà tant connu».

Le cinéaste d'origine polonaise, qui a passé son enfance dans le ghetto de Varsovie, a été naturalisé français en 1976. En 1969, son épouse, Sharon Tate, enceinte, a été sauvagement assassinée par le tueur en série Charles Manson.

Roman Polanski a été arrêté samedi sur mandat d'arrêt américain à son arrivée en Suisse, alors qu'il s'apprêtait à participer au Festival du film de Zurich.

Agé aujourd'hui de 76 ans, Roman Polanski fait l'objet d'une procédure ouverte contre lui par les autorités américaines en 1977 pour une affaire de moeurs et n'a pu remettre les pieds sur le sol américain depuis 1978.

(ap/afp)

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse». Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich. Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré». Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten. Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours. Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

Un «scandale» pour les réalisateurs helvétiques

L'Association suisse des scénaristes et réalisateurs de films proteste contre l'arrestation de Roman Polanski. Elle estime que c'est un «scandale juridique qui nuira à la réputation de la Suisse à travers le monde» et une «claque dans le visage de tous les producteurs de culture en Suisse».

Dans un communiqué diffusé dimanche, l'association exhorte l'Office fédéral de la justice (OFJ) de «ne pas profiter de l'hommage culturel à un cinéaste reconnu mondialement pour une farce judiciaire». Contacté par l'ATS, l'OFJ n'avait pas encore réagi dimanche en début d'après-midi à l'arrestation de Roman Polanski samedi à Zurich.

Interrogé par l'ATS, le réalisateur alémanique de films documentaires Christian Frei, qui devait prendre part à la remise du prix prévue ce dimanche pour Roman Polanski au Festival de film de Zurich, s'est dit «complètement atterré».

Le cinéaste franco-polonais Roman Polanski, 76 ans, a été arrêté samedi à son arrivée en Suisse en raison d'une procédure ouverte par les autorités américaines il y plus de trente ans pour une affaire de moeurs, ont indiqué les organisateurs du festival. La police zurichoise a confirmé l'arrestation, qui est intervenu près de l'aéroport de Zurich-Kloten.

Roman Polanski a été arrêté en 1977 à Los Angeles à la suite de la plainte des parents d'une adolescente de treize ans. Il avait plaidé coupable de «relations sexuelles illégales». Envoyé en «évaluation» en prison pendant trois mois, il y avait passé 47 jours.

Fin janvier 1978, au lendemain d'une réunion entre ses avocats et un juge lors de laquelle ce dernier avait laissé entendre qu'il allait le renvoyer sous les verrous, Roman Polanski avait pris un avion pour l'Europe. La procédure courant contre lui à Los Angeles n'a jamais été annulée et le cinéaste n'a pas remis les pieds sur sol américain depuis lors.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!