Genève: Parking: l'Etat rêve de faire payer scooters et motos
Actualisé

GenèveParking: l'Etat rêve de faire payer scooters et motos

Le gouvernement veut tester le stationnement à durée limitée en surface dès 2016, dans l'hypercentre.

par
Jérôme Faas
En 2016, après "deux ou trois heures" de stationnement dans l'hypercentre, les scooters seront amendés. Pour y couper, ils devront trouver refuge en sous-sol.

En 2016, après "deux ou trois heures" de stationnement dans l'hypercentre, les scooters seront amendés. Pour y couper, ils devront trouver refuge en sous-sol.

«Il faut que les gens acceptent que se parquer a un prix», défend Michèle Künzler. Les conducteurs de deux-roues motorisés aussi, donc. Hier, la conseillère d'Etat présentait le plan d'action du stationnement 2013-2019, adopté par le gouvernement. Y figure la volonté d'interdire aux motocyclistes de garer leur engin plus de quelques heures sur la chaussée. S'ils désirent s'attarder, ils devront payer une place dans un parking ouvragé.

«Quatre heures, c'est trop long»

La mesure sera testée en 2016 au centre-ville, dans les zones macarons A (Saint-Gervais), B (Cité) et C (Bastions). La durée maximale de stationnement autorisé devrait y osciller entre deux et trois heures. Au-delà, ce sera l'amende. «Une heure, c'est trop court, détaille Chrystelle Charat, cheffe de projet à la direction générale de la mobilité. Et quatre heures, c'est trop long, car cela équivaut à une demi-journée de travail.» Or, le but est justement d'inciter les pendulaires à se parquer en sous-sol. Les places qui y seront aménagées seront accessibles pour «50 à 60 fr. par mois».

Künzler: «Je la sens assez mal»

Pas question, en revanche, de faire payer aux deux-roues motorisés le parking en surface dès la première minute, comme l'a décidé Bâle, pionnière en Suisse. «Je ne sens pas les Genevois avoir cette maturité. Les mentalités ne sont pas prêtes», juge Michèle Künzler. Même en sous-sol, la Verte doute. «Pour l'instant, on en reste aux zones tests. C'est une possibilité qu'on se donne. Je la sens assez mal.» Le plan d'action va maintenant être transmis pour étude au Grand Conseil.

Lausanne y songe

L’élu Vert Claude Bonnard a déposé en juin une motion auprès du Conseil communal lausannois. L’intitulé? «Pour l’introduction d’un stationnement payant pour les deux-roues motorisés au centre ville et dans les quartiers stratégiques.» Ouchy est visé: de nombreux frontaliers arrivant par bateau y parquent scooters et motos. Claude Bonnard propose que des places pour voitures soient transformées en places payantes au pro rata pour les deux-roues.

Ton opinion