Actualisé 05.03.2012 à 21:44

LausanneParkings-relais: polémique autour des horodateurs

Les automates des P+R lausannois sont compliqués et trop souvent en panne, se plaignent les pendulaires. La Ville défend ses appareils.

von
Sophie Pieren
Le mode d'emploi des machines est jugé trop compliqué.

Le mode d'emploi des machines est jugé trop compliqué.

«Simplifiez-vous la ville», «Sept aubaines pour aborder la ville en toute décontraction»: sur les publicités de ses parkings-relais, la Ville de Lausanne fait une promesse alléchante aux pendulaires. Laisser sa voiture aux portes de la cité et poursuivre sa route en transports publics permettrait d'éviter bien des soucis.

Les nerfs à vif

C'est compter sans les horodateurs. Il suffit de se placer au petit matin devant un de ces automates pour constater qu'ils mettent les nerfs des utilisateurs à rude épreuve. «Je vois tous les jours des gens se battre pour obtenir leur ticket», se plaint Catherine. Selon les automobilistes, les machines sont à la fois trop compliquées et trop souvent en panne. «Il faudrait venir une heure avant pour comprendre le mode d'emploi», s'énerve Anne. «Je passe à chaque fois 15 mn pour obtenir mon ticket. Une fois sur deux, l'appareil refuse la transaction», poursuit Sylvie.

Usagers mis en cause

«Ces horodateurs fonctionnent très bien», rétorque Eric Loutan, répondant du stationnement pour la Ville de Lausanne. «Ce sont les usagers qui ne lisent pas les instructions. Ils pressent sur n'importe quelle touche et la machine se bloque. Nous avons ajouté des explications, mais rien n'y fait.» Il reconnaît néanmoins que le temps de transaction est long, ce qui incite les clients à réactiver le bouton de validation, geste qui cause beaucoup de pannes. Pourquoi donc ne pas avoir choisi des horodateurs plus faciles d'utilisation? «Nous avons choisi ce modèle pour éviter le système à bar­rière, plus coûteux», explique Eric Loutan.

Partir sans payer, gare aux amendes!

Que faire en cas de panne? Surtout, ne pas s’en aller sans avoir pris ses précautions, avertit Eric Loutan. Car si le problème n’a pas été signalé, l’usager risque deux contraventions: une sur le parking et une dans le bus. Mieux vaut donc appeler le numéro affiché sur l’appareil avant de quitter les lieux. Si la personne n’a pas de natel, la Ville conseille de signaler la panne sur un billet déposé derrière le pare-brise, d’acheter un ticket de bus et de téléphoner à l’Office du stationnement dès que possible.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!