Actualisé 11.04.2011 à 21:26

LibyeParler du départ de Kadhafi est «ridicule»

Le fils de Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, a prévenu que «parler du départ» du dirigeant libyen est «vraiment ridicule».

Seif al-Islam a toutefois concédé que le pays avait besoin de «sang neuf», lors d'une interview accordée ce week-end à la télévision BFM TV et diffusée lundi.

le «Guide» libyen «ne veut pas tout contrôler, il est à un âge avancé. Nous voulons porter sur le devant de la scène une nouvelle élite, une élite de jeunes qui gouvernent le pays, qui gèrent les affaires locales. Nous voulons du sang neuf, voilà ce que nous voulons pour l'avenir de la libye. Mais parler du départ du guide, c'est vraiment ridicule», a déclaré Seif al-Islam.

Depuis le début de l'insurrection, «tout a changé» dans le pays, a-t-il poursuivi. «La Libye future sera complètement différente de la Libye que vous avez connue jusqu'à présent, avec le guide, avec Seif, avec le peuple, avec l'est, avec l'ouest, avec le sud de la Libye nous sommes tous une famille unie et nous construirons une Libye nouvelle», a-t-il ajouté.

Le régime libyen a accepté la «feuille de route» de l'Union africaine (UA) qui prévoit la cessation immédiate des hostilités, un acheminement facilité de l'aide humanitaire et le lancement d'un dialogue entre les parties libyennes en vue d'une transition. Mais la rébellion a rejeté lundi ce cessez-le-feu, se disant opposée à toute médiation ne prévoyant pas un départ du colonel Kadhafi.

Washington exige le départ de Kadhafi

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a pour sa part renouvelé lundi la demande des Etats-Unis de voir le «Guide» libyen quitter le pouvoir. «Nous avons été très clairs sur le fait que nous voulions un cessez-le-feu, nous voulons voir les forces du régime libyen se retirer des zones dans lesquelles elles sont entrées par la force», a-t-elle dit devant la presse.

«Ce qui est important, ce sont les actes et non les mots», a renchéri le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney. «Le colonel Kadhafi et son régime savent très bien ce qu'ils doivent faire», a-t-il ajouté.

Mme Clinton s'est toutefois refusée à commenter le cessez-le-feu proposé l'UA. «Nous voulons assister à un retour de l'eau, de l'électricité et d'autres services dans les villes qui ont été brutalisées par les forces de Kadhafi», a-t-elle dit. «Nous voulons voir l'aide humanitaire atteindre les gens en Libye. Ces conditions ne sont pas négociables», a-t-elle dit.

«Nous pensons, aussi, qu'il doit y avoir une transition qui reflète la volonté du peuple libyen et un départ de Kadhafi du pouvoir et de Libye», a-t-elle précisé. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!