Actualisé 11.03.2013 à 08:36

Corée du sud

Partie de golf dans un climat de guerre

La Corée du Sud a ouvert une enquête suite à des informations de presse indiquant que de hauts responsables militaires ont passé le weekend à jouer au golf alors que la tension est à son comble sur la péninsule.

«Le bureau du secrétaire aux Affaires civiles a lancé immédiatement une enquête pour déterminer ce qui s'est produit exactement à propos de ces informations de presse sur le terrain de golf», a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence, Yoon Chang-Jung.

Plusieurs journaux ont rapporté lundi que le terrain de golf militaire de Séoul grouillait de hauts responsables samedi et dimanche, dont des généraux.

La Corée du Sud se prépare actuellement à une éventuelle provocation de la part du Nord, qui a annoncé la fin de l'armistice signé à la fin de la guerre de Corée en 1953, et l'abrogation des accords de non agression avec le Sud.

Le ministère de la Défense a confirmé que plusieurs généraux avaient joué au golf ce weekend mais souligné que les joueurs n'incluaient aucun commandant occupant une position déterminante. Le golf est très populaire en Corée du Sud.

En 2007, le chef des forces armées aériennes avait été poussé à la démission pour avoir joué au golf alors que le pays portait le deuil d'un soldat tué en Afghanistan. Deux ans plus tard, le ministre de la Défense avait congédié le responsable médical et envoyé en cour martiale cinquante médecins militaires pour avoir joué pendant leurs horaires de travail. (afp)

Début des manoeuvres Corée du Sud-USA

Les troupes sud-coréennes et leur allié américain ont entamé lundi leurs manoeuvres militaires annuelles, vivement condamnées par la Corée du Nord qui a menacé Séoul et Washington de frappe nucléaire et suspendu sa ligne de communication en cas d'urgence.

La Corée du Sud et les Etats-Unis - qui comptent 28'500 soldats dans le sud de la péninsule - ont lancé deux semaines de manoeuvres baptisées «Key Resolve». Celles-ci sont majoritairement virtuelles, mais elles mobilisent des milliers de soldats (10'000 Sud-Coréens et 3500 Américains).

Comme tous les ans, Pyongyang a condamné ces exercices qu'il assimile à l'invasion du Nord par le Sud aidé de Washington.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!