Actualisé 02.03.2013 à 11:08

GenèvePartiellement acquitté, il ressort libre du tribunal

Un homme de 31 ans, accusé d'avoir voulu faire tuer un policier a été partiellement acquitté par le Tribunal correctionnel de Genève.

L'épicier de 31 ans poursuivi pour avoir voulu faire tuer un policier est ressorti libre, vendredi, de son procès devant le Tribunal correctionnel de Genève. Les juges l'ont acquitté de l'accusation de tentative d'instigation à assassinat.

Le Tribunal correctionnel a estimé que l'enquête dans cette affaire avait été lacunaire sur certains points. En outre, il paraissait difficile, aux yeux de la Cour, de croire que l'accusé a voulu tuer un gendarme qui contrôlait son commerce, au vu des conséquences d'un tel acte par rapport aux enjeux relativement minimes.

Condamné dans une autre affaire

Les juges n'ont pas entièrement blanchi le prévenu. Ils l'ont reconnu coupable de tentative d'instigation à lésions corporelles graves dans une autre affaire plus ancienne, dans laquelle l'accusé avait demandé à un habitué du quartier des Pâquis d'aller frapper un policier qui le chicanait en échange de 6000 francs.

Pour ces faits, le Tribunal correctionnel a condamné le gérant de bars-tabacs à 30 mois de prison, dont 10 mois ferme. Une peine que l'accusé, qui a passé près d'un an en détention préventive, a déjà exécutée. La Cour a souligné la gravité de l'infraction et le fait que le prévenu avait agi de façon particulièrement égoïste.

Elle a également relevé, pour justifier la peine, que l'épicier a fait preuve à plusieurs reprises par le passé d'un mépris systématique de la loi et des autorités chargées de l'appliquer. L'accusé n'a pas non plus collaboré à l'enquête et n'a révélé certaines informations que très tardivement à la justice.

Une première pour Olivier Jornot

Le procureur général Olivier Jornot, qui soutenait l'accusation pour la première fois depuis son entrée en fonction, avait requis 8 ans de prison contre l'accusé. Le magistrat ne savait pas, à l'issue de l'audience, s'il allait faire appel du jugement. La défense du prévenu, en revanche, a indiqué qu'elle recourra.

L'épicier conteste en effet toutes les accusations portées contre lui, sauf l'embauche d'employés au noir. A l'issue du procès, son avocat Homayoon Arfazadeh a notamment fait part des doutes qui pèsent sur la crédibilité du principal témoin dans l'affaire de la tentative d'instigation à lésions corporelles graves. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!