Vevey (VD): Pas conforme, la mosquée provisoire est inutilisable
Publié

Vevey (VD)Pas conforme, la mosquée provisoire est inutilisable

La Ville a proposé un local aux musulmans, le temps de rénover leur lieu de culte. Mais il n'est pas aux normes.

par
Christian Humbert
Des aménagements doivent être entrepris pour accueillir les fidèles dans leurs locaux temporaires.

Des aménagements doivent être entrepris pour accueillir les fidèles dans leurs locaux temporaires.

Keystone/Photo d'illustration

Obligés de déménager leur mosquée à cause de travaux dans leur lieu de culte actuel (lire ci-contre), les musulmans de Vevey ont trouvé une oreille attentive auprès de la Municipalité. La Ville leur met une surface à disposition dans une ancienne usine de chocolat.

Une société qui y est installée évoque un loyer annuel de 250 fr. le mètre carré. Mais il ne sera que «symbolique» pour la Fondation islamique du district de Vevey, d'après le municipal Etienne Rivier. Selon une source de «20 minutes», la facture serait même proche de zéro. Pas moyen d'en savoir davantage, ni sur le tarif ni sur la surface des locaux.

De plus, un problème a surgi après les accords passés en mars, qui rend l'accueil de 300 fidèles impossible. «Le local n'est pas aux normes. Le permis d'occupation ne peut être délivré en l'état. Les escaliers d'accès ne sont pas suffisamment larges. Il faut aménager une passerelle extérieure», admet le municipal Jérôme Christen. L'architecte mandaté indique avoir proposé plusieurs solutions, qui doivent encore être discutées.

Quant au coût, d'environ 10'000 fr., il serait assumé par la Ville, propriétaire des locaux. «Reste à savoir comment le répercuter sur le loyer», note Jérôme Christen. La Municipalité a toutefois admis le principe de ces travaux et le dossier est au Canton. Dernière solution évoquée: limiter le nombre de participants aux services religieux.

Appui financier très discuté

Ce dossier de relocalisation provisoire, qui ne devrait pas excéder un an, est pressant. En effet, la rénovation de la mosquée actuelle va débuter. Pour ces travaux, la communauté musulmane avait demandé, et obtenu, une aide de la Ville, qui prendra en charge les intérêts du crédit. Mais les débats au Conseil communal avaient été vifs, des élus s'étonnant du soutien octroyé aux musulmans, alors que d'autres communautés religieuses n'y ont pas eu droit.

Ton opinion