Neuchâtel: Pas d'apaisement autour de l'avenir de l'HNE

Actualisé

NeuchâtelPas d'apaisement autour de l'avenir de l'HNE

Les tensions au sujet de l'Hôpital neuchâtelois (HNE) ne s'apaisent pas, plus de trois mois après la votation du 12 février.

Il y a eu une grosse dizaine de démissions récemment.

Il y a eu une grosse dizaine de démissions récemment.

Keystone

Alors qu'un groupe de travail doit définir des pistes concrètes pour maintenir deux hôpitaux de soins aigus, partisans et opposants continuent à se tirer dans les pattes. Le groupe de travail interpartis pour les hôpitaux (GTIH) demande au Conseil d'Etat «le renvoi immédiat» de la présidente du conseil d'administration. Pauline de Vos Bolay n'est pas de bonne volonté en vue de l'application de la décision populaire, juge-t-il, se basant notamment sur ses propos ces jours en présentant les comptes 2016.

La gouvernance en place «n'a ni la volonté ni les capacités» d'assumer son mandat de régler les affaires courantes durant la période transitoire, a critiqué le GTIH jeudi dans un communiqué. Elle «se comporte comme si son objectif prioritaire était de poursuivre son projet recalé et de démontrer au plus vite que l'initiative n'est pas applicable».

Les Neuchâtelois ont refusé de centraliser les soins aigus à Neuchâtel et la réadaptation à La Chaux-de-Fonds. Les choix stratégiques sont désormais entre les mains du groupe de travail mis en place par le Conseil d'Etat, a rappelé mardi en conférence de presse, Pauline de Vos Bolay. Elle a dit combien les incertitudes actuelles sont pesantes pour HNE.

Les départs continuent

Elle a évoqué une vague de départs, liés à la votation et aux inquiétudes du personnel quant à l'avenir. Il y a eu une grosse dizaine de démissions (médecins principalement) et une quinzaine de désistements (médecins-assistants qui renoncent à venir), a-t-elle précisé aux médias régionaux L'Express/L'Impartial et RTN.

Le conseiller communal chaux-de-fonnier Théo Huguenin-Elie a réagi jeudi sur les ondes de la RTS, pour nuancer les affirmations de Pauline de Vos Bolay quant aux causes des départs. Il a rappelé que HNE enregistrait déjà de nombreuses démissions avant la votation. «Je regrette que précédemment, elles ne l'ai pas émue un peu plus. Cela aurait peut-être permis de mettre en place un management et une stratégie susceptibles de mieux fidéliser les collaborateurs», a-t-il commenté. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion