Suisse: Pas d'assurance maladie pour financer des formations
Actualisé

SuissePas d'assurance maladie pour financer des formations

L'assurance maladie n'est pas prévue pour financer la formation de physiothérapeutes sages-femmes ou diététiciens, selon le Conseil fédéral.

Les besoins en personnel spécialisé (ici des sages-femmes) augmentent.L'assurance maladie pas prévue pour financer des formations pour assurer la relève

Les besoins en personnel spécialisé (ici des sages-femmes) augmentent.L'assurance maladie pas prévue pour financer des formations pour assurer la relève

photo: Keystone

Le Conseil fédéral propose de rejeter la motion d'une commission du National qui veut par ce biais contrer la diminution des places de formation. L'assurance maladie n'est pas prévue pour financer la formation de physiothérapeutes sages-femmes ou diététiciens.

Pourtant, les besoins en personnel spécialisé augmentent. Les cabinets médicaux qui offrent des places de stage devraient donc bénéficier d'un soutien financier comparable à celui de la formation en hôpital, avait décidé la commission de la santé publique du National par 13 voix contre 12. Le texte est combattu par les députés PLR et UDC.

Proposer des stages dans des cabinets privés

Il serait par exemple possible de tenir compte des coûts de la formation pratique dans les tarifs remboursés par l'assurance de base des sages-femmes et des personnes prodiguant des soins sur prescription ou mandat médical. Mais d'autres moyens permettant de proposer des stages dans des cabinets privés sans provoquer de distorsion de la concurrence avec les hôpitaux sont envisageables.

Il est nécessaire d'augmenter le nombre de places de formation dans le domaine ambulatoire, reconnaît le Conseil fédéral. Mais financer ces stages par l'assurance de base n'est pas la bonne solution: elle n'est prévue que pour financer les risques de maladies et leurs conséquences.

Par contre, le Conseil fédéral est disposé à soutenir les cantons dans la recherche de places de stage supplémentaires et à en rendre compte au Parlement. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion