Mahmoud Abbas: Pas d'Etat palestinien provisoire
Actualisé

Mahmoud AbbasPas d'Etat palestinien provisoire

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s'est dit samedi opposé à l'idée de créer un Etat palestinien dans des frontières provisoires, une proposition faite récemment pour relancer les pourparlers de paix.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ne veut pas d'un Etat provisoire.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas ne veut pas d'un Etat provisoire.

«Nous n'accepterons pas un Etat avec des frontières temporaires», a déclaré Abbas lors d'une réunion de son parti, le Fatah.

Cette déclaration intervient alors que des informations circulent actuellement selon lesquelles Israël aurait fait cette proposition, comme moyen de relancer les pourparlers de paix. Les Palestiniens l'ont déjà rejetée à plusieurs reprises, craignant que le provisoire ne devienne définitif.

Mahmoud Abbas a aussi exhorté Israël à reprendre des négociations sérieuses sur les termes de la création d'un Etat palestinien dans des frontières définitives, en ajoutant que de telles discussions devraient être menées à terme d'ici deux ans.

Le président de l'Autorité palestinienne a fait référence aux récentes propositions d'un Etat aux frontières provisoires, mais il n'a pas élaboré. «Franchement, nous n'accepterons pas un Etat avec des frontières provisoires, suite à une proposition faite ces jours-ci», a-t-il lancé.

D'après un journal israélien, le Premier ministre Benyamin Nétanyahou a fait cette proposition en début de semaine. Toutefois, un proche conseiller de Mahmoud Abbas, Nabil Abou Rdeneh, et un responsable du gouvernement israélien ont démenti qu'Israël ait officiellement présenté l'idée.

Selon un universitaire palestinien qui a dit avoir servi de médiateur entre les deux parties, Israël a proposé la création d'un tel Etat sur plus de 50% de la Cisjordanie.

Mahmoud Abbas a appelé à un dialogue ouvert entre les Israéliens et les Palestiniens. «J'appelle à un dialogue ouvert avec toutes les factions israéliennes, les dirigeants», a-t-il lancé. «Nous sommes prêts pour le dialogue, parce que nous savons qu'une grande majorité des Israéliens soutient la solution des deux Etats.»

Samedi dans la Bande de Gaza, deux Palestiniens et Bianca Zammit, une femme venant de Malte, qui faisaient partie d'un groupe de manifestants marchant vers la frontière avec Israël, ont été blessés par des tirs israéliens, selon un responsable des services de santé palestinien, Moaouiya Hassanain.

Tsahal a confirmé les tirs, disant que les soldats avaient ouvert le feu pour éloigner les manifestants de la barrière frontalière. (ap)

Ton opinion