France: Pas d'expulsion vers l'Afghanistan «si la situation se dégrade»
Actualisé

FrancePas d'expulsion vers l'Afghanistan «si la situation se dégrade»

Le ministre français de l'Immigration Eric Besson a déclaré jeudi qu'il n'y aura pas de nouveaux retours forcés d'Afghans dans leur pays, au cours des jours prochains, «si la situation continue à se dégrader en Afghanistan».

«Oui, il y a une détérioration de la situation à Kaboul, et je vous le dis très clairement, si la situation continue à se dégrader, il n'y aura pas d'autres retours dans les jours qui viennent», a affirmé le ministre au lendemain de l'attaque meurtrière des talibans contre du personnel de l'ONU.

«J'ai toujours dit: nous ferons des retours forcés si les personnes refusent les conditions que nous leur faisons de retour volontaire, si elles n'obtiennent pas le droit d'asile, et si enfin les conditions de leur sécurité sont réunies», a ajouté le ministre. Selon lui, «la France est la plus généreuse, la plus sourcilleuse en la matière (...) le Royaume uni, la Suède, la Norvège, les Pays Bas reconduisent très régulièrement des Afghans».

Vingt-sept Afghans en situation irrégulière ont été renvoyés mercredi dans leur pays dans un vol groupé organisé par Paris et Londres, le premier depuis 2005. A bord du vol figuraient 24 migrants expulsés de Grande-Bretagne et 3 de France.

Ce renvoi est passé à peu près inaperçu en Grande-Bretagne. Mais en France, les partis politiques de gauche et des associations se sont immédiatement élevés pour dénoncer la «brutalité» et le «cynisme» des autorités, et fustiger l'atteinte au «symbole» d'une France qui se présente comme la patrie des droits de l'homme.

(afp)

Ton opinion