Actualisé 11.09.2008 à 14:50

Conseil d'Etat neuchâteloisPas de 3e mandat pour Bernard Soguel

Le conseiller d'Etat socialiste Bernard Soguel ne briguera pas de troisième mandat au gouvernement neuchâtelois.

Après la libérale Sylvie Perrinjaquet, il est le deuxième membre de l'exécutif à renoncer à se présenter aux élections cantonales au printemps 2009.

Bernard Soguel a annoncé sa décision jeudi lors d'une conférence de presse. «Je suis opposé aux longs et doubles mandats», a précisé le conseiller d'Etat, qui dirige le Département cantonal de l'économie (DEC) depuis son élection au gouvernement en 2001. «A l'âge de 61 ans, j'aspire à une vie plus paisible», a-t-il indiqué.

Tout en annonçant son renoncement, le conseiller d'Etat a évoqué les défis et les sujets de satisfaction marquant son action au gouvernement. Il a déploré l'altération des rapports gauche-droite, ainsi que les obsessions régionalistes et les crispations entre le haut et le bas du canton.

Finances publiques

«Depuis l'abandon du consensus qui prévalait il y a une dizaine d'années, Neuchâtel gaspille ses énergies positives et n'est plus à la hauteur de son potentiel de développement économique», a encore déclaré Bernard Soguel. Il a salué néanmoins le redressement des finances publiques amorcé au début de la législature en cours.

Cette amélioration s'est manifestée à partir de la conquête de la majorité par la gauche en 2005 au gouvernement et au Grand Conseil. Opposé au départ au système de freins aux dépenses imposé par la droite, à la fin de la précédente législature, le conseiller d'Etat a déclaré qu'il avait changé d'avis à ce sujet.

Evolution positive

Selon lui, la limitation des charges de l'Etat contraint les forces politiques à s'entendre. Une amorce de retour au consensus se dessine dans le canton. Cette situation est favorable au renforcement de la position de Neuchâtel en tant que pôle des microtechniques et pilier de l'indutrie horlogère.

Après le renoncement au gouvernement de la libérale Sylvie Perrinjaquet, annoncé la semaine dernière, la décision de Bernard Soguel donne un coup d'accélérateur à la campagne électorale à Neuchâtel. Il est d'ores et déjà certain que les vocations gouvernementales ne manqueront pas dans le camp socialiste.

Congrès en novembre

Présent à la conférence de presse, le président du PS Eric Flury a indiqué que son parti allait se réunir en congrès le 21 novembre pour désigner ses candidats à l'élection au gouvernement. Le nouveau Parti libéral-radical neuchâtelois (PLRN) doit également élire ses prétendants au mois de novembre.

Issu de la fusion en juillet des radicaux et des libéraux, le PLRN a pour ambition la reconquête par la droite de la majorité perdue en 2005. Le conseiller d'Etat Roland Debély, élu pour la première fois en 2005 sous la bannière radicale, a déjà annoncé qu'il était candidat à sa réélection.

A gauche

A gauche, une nouvelle candidature du socialiste Jean Studer et du Vert Fernand Cuche semble certaine. Les personnalités les plus en vue pour le remplacement de Bernard Soguel sont pour l'heure les conseiller communaux chaux-de-fonniers Didier Berberat et Laurent Kurth, ainsi que la conseillère aux Etats Gisèle Ory.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!