Actualisé 01.09.2015 à 08:58

Logement

Pas de baisse de loyers en vue en Suisse

En juin, le taux était passé de 2 à 1,75%, une première depuis septembre 2013.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration.

Le taux hypothécaire de référence reste fixé à 1,75 %, annonce mardi 1er septembre l'Office fédéral du logement (OFL). En juin, le taux était passé de 2 à 1,75%, une première depuis septembre 2013. Les locataires qui n'auraient pas encore profité de ce précédent recul peuvent encore en bénéficier.

Le taux d'intérêt de référence est basé sur la moyenne pondérée des créances hypothécaires en Suisse, établie chaque trimestre. Le taux d'intérêt moyen établi le 30 juin 2015, jour de référence, se situait à 1,83 %, contre 1,86 % au trimestre précédent.

Comme les intérêts poursuivent leur descente, et que le taux de référence n'a jamais été si bas, «il n'y a pas lieu de craindre une remontée rapide des loyers», relève mardi l'Association suisse des locataires (ASLOCA) dans un communiqué.

Le taux d'intérêt de référence déterminant pour les loyers reste donc à 1,75 % selon les règles de l'arrondi commercial. Il se maintiendra à ce niveau tant que le taux d'intérêt moyen ne baisse pas au-dessous de 1,63 %, ou n'augmente pas au-dessus de 1,87 %.

Le taux d'intérêt de référence étant resté inchangé par rapport au trimestre précédent, il ne donne pas droit à des nouvelles prétentions de diminution ou de hausse de loyer. En revanche, si le loyer d'un contrat de bail individuel n'est pas fondé sur le taux d'intérêt de référence actuel de 1,75 %, les locataires ont le droit de demander son abaissement, précise l'OFL.

Baisse de loyer

Pourtant «alors que les loyers auraient dû diminuer continuellement ces dernières années, ils ont crû de 7% en moyenne depuis 2009», dénonce encore l'ASLOCA dans sa prise de position. Et celle-ci de recommander aux «personnes qui n'ont pas reçu de notification de baisse» de loyer, de la demander «activement».

Des informations pour lancer la procédure sont disponibles sur le site internet de l'association. Celle-ci renvoie également à un programme de calcul du loyer, mis en place par le magazine des consommateurs romands Bon à Savoir. Il permet de savoir si le locataire paie trop.

La Fédération des propriétaires fonciers (HEV) note elle mardi dans un communiqué que les loyers qui n'ont jusqu'ici pas été revus à la baisse doivent être évalués. Les locataires peuvent dans les faits prétendre à une baisse de loyer, de l'ordre de 2,91%, écrit l'HEV.

Mais d'autres modifications de coût, comme une augmentation des frais d'entretien ou le report du renchérissement à raison de 40%, peuvent compenser la baisse du taux, prévient d'ores et déjà la HEV. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!