Actualisé 07.12.2010 à 14:48

BanquesPas de bulle immobilière sur l'Arc lémanique

Le président de la direction générale de la Banque cantonale de Genève (BCGE) Blaise Goetschin ne voit pas poindre à l'horizon de crise immobilière sur l'Arc lémanique.

Blaise Goetschin, président de la direction générale de la Banque cantonale de Genève (BCGE).

Blaise Goetschin, président de la direction générale de la Banque cantonale de Genève (BCGE).

Aucune bulle immobilière ne semble poindre sur l'Arc lémanique. Les prix de l'immobilier risquent néanmoins de se tasser, avec une légère remontée des taux d'intérêt.

«Il n'y a pas de bulle immobilière, mais il faut rester prudent pour éviter des erreurs d'acquisition», a déclaré à la presse le responsable de la banque, qui ne constate aucun emballement du crédit.

Les crédits hypothécaires de la BCGE ont augmenté de 3,5% au cours du premier semestre. Une hausse modeste par rapport à des augmentations avoisinant les 10% à la fin des années 80, avant la crise immobilière des années 90, a précisé le responsable des Etudes financières de la banque Jean-Luc Lederrey.

Remontée modeste

La banque n'envisage pas de «choc» provoqué par une hausse brutale des taux d'intérêt. Elle mise sur une remontée modeste des taux courts d'environ un-demi pour cent, pour arriver à 0,75% fin 2011.

Les prix de l'immobilier ont doublé depuis l'an 2000 sur l'arc lémanique. Ils devraient se tasser l'année prochaine. Mais la demande de logement restera très forte, en raison de la croissance démographique sur l'Arc lémanique, estime la BCGE.

Marché des actions

La banque recommande par ailleurs à ses clients d'aller sur le marché des actions, «plus sûres que certaines obligations étatiques». Les entreprises peuvent équilibrer les risques monétaires, ce qui n'est pas toujours le cas des Etats endettés, a expliqué Blaise Goetschin.

La banque prévoit une hausse de 10% environ de la Bourse l'an prochain. Elle dit en outre «non à l'or, non aux fonds spéculatifs, avec pas trop d'immobilier», a résumé le patron de la BCGE, qui s'est également interrogé «sur la foi populaire en l'or», une foi non justifiée selon lui.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!