Suisse: Pas de centre de contrôle sur la nourriture
Actualisé

SuissePas de centre de contrôle sur la nourriture

Un service central chargé de détecter les fraudes dans le secteur alimentaire ne verra pas le jour.

Le scandale des lasagnes à la viande de cheval est encore dans les mémoires.

Le scandale des lasagnes à la viande de cheval est encore dans les mémoires.

photo: Keystone

Le Conseil des Etats a enterré tacitement mercredi une motion du Conseil national dont le but était d'éviter que des scandales comme celui des lasagnes à la viande de cheval ne se reproduisent.

Le nombre de fraudes décelées dans le secteur des denrées alimentaires a augmenté, avait argumenté Jacques Bourgeois (PLR/FR) pour défendre sa motion. Un centre de contrôle permettrait de renforcer la sécurité alimentaire, la protection des consommateurs et de lutter efficacement contre les «abus dictés par des gains économiques».

Instituer un tel service n'est pas nécessaire, car la Suisse a déjà mis en place des mesures qui améliorent la sécurité des denrées alimentaires, a expliqué le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann.

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) doit par exemple délivrer une autorisation pour les denrées alimentaires importées de l'Union européenne et qui ne satisfont pas totalement aux prescriptions suisses.

Structures regroupées en 2014

Et de citer également le nouvel Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires, qui a vu le jour début 2014. Cette structure regroupe l'ancien Office vétérinaire fédéral et l'ex-division de la sécurité alimentaire de l'OFSP.

L'institution d'un service central exigerait en plus une modification au niveau de la loi, a relevé Peter Föhn (UDC/SZ) au nom de la commission. Cette dernière souligne néanmoins qu'il serait utile que la Confédération et les cantons unissent leurs forces et leurs ressources dans ce domaine.

Pas de mesures pour réduire le gaspillage

Il n'y aura pas de mesures supplémentaires pour sensibiliser la population au gaspillage alimentaire. Le Conseil des Etats a enterré mercredi par 22 voix contre 16 une motion du conseiller national Markus Hausammann (UDC/TG).

Le texte demandait au Conseil fédéral de créer les conditions pour réduire le gaspillage de nourriture de 30% au moins d'ici 2020. Sa proposition avait reçu l'appui de 116 députés contre 72 à la Chambre du peuple. Mais la majorité des sénateurs et le Conseil fédéral ont estimé qu'il y a déjà assez d'efforts de sensibilisation en cours de la part de la Confédération et des commerces de détail.

Robert Cramer (Verts/GE), soutenu par quelques UDC, a plaidé en vain pour fixer un objectif «chiffré et modeste». Pour lui, il est paradoxal de se battre pour la préservation des terres agricoles et de tolérer en même temps qu'un tiers des aliments finissent à la poubelle. Il a rappelé que la motion avait reçu un large soutien des milieux agricoles, des milieux de protection des consommateurs et des protecteurs de l'environnement.

Le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann a reconnu le problème du «food-waste». Avec ou sans motion, il faut poursuivre les efforts, a-t-il déclaré. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion