Mondiaux de ski alpin: «Pas de champion surprise sur cette piste»
Actualisé

Mondiaux de ski alpin«Pas de champion surprise sur cette piste»

La descente messieurs de samedi soir (19h) promet d'être un des hauts faits des Mondiaux de Beaver Creek.

par
Jean-Philippe Pressl-Wenger
Beaver Creek

L'Autriche a démarré les championnats du monde de Vail sur les chapeaux de roues. Hannes Reichelt a été titré en super-G et Anna Fenninger, après l'or en super-G, a décroché l'argent en descente. Par contre les Autrichiens attendent un titre dans la discipline reine depuis 2003, chez les messieurs. Michael Walchhofer (39 ans), aujourd'hui hôtelier et vice-président de la Fédération autrichienne, s'était imposé à Saint-Moritz.

Retraité de la compétition depuis 2011, il ne regrette rien. «Lorsque je suis allé faire la reconnaissance, la piste est tellement belle et les conditions tellement parfaites, que ça m'a quand même un peu démangé, concède-t-il. Mais lorsque je réfléchis un peu et que je me souviens de la pression que ces courses mettent sur les skieurs, je me dis que je suis content d'avoir arrêté.»

Lorsqu'il s'agit de définir les passages-clé de la descente mondiale, l'ancien champion réfléchit, pèse ses mots. «C'est une descente qui a tout, enchaîne-t-il enfin. En haut, il y a un longue portion de glisse où ton matériel doit bien fonctionner. Ensuite, il y a la partie très raide où tu dois très bien maîtriser techniquement pour qu'ensuite tu puisses conserver de la vitesse jusqu'en bas, ajoute-t-il avec une petite étincelle au fond des yeux. Une chose est absolument certaine, il n'y aura pas de champion du monde surprise.»

Bientôt la nouvelle vague

Depuis qu'il a arrêté de chasser les victoires en Coupe du monde, il en compte 19, il a vu d'autres champions comme Didier Cuche mettre un terme à leur carrière. Bode Miller n'en est pas loin non plus, Didier Défago l'a déjà annoncée… Une page se tourne. Du coup, qui seront les prochains cadors de la descente? «Aksel Lund Svindal et Hannes Reichelt, on ne peut pas les nommer, ils ont déjà plus de trente ans, répond Walchhofer. Mais je crois dur comme fer à Matthias Mayer. Il est déjà champion olympique, mais il a un potentiel immense qu'il n'a pas encore complètement exploité.»

Au jeu des pronostiques, l'ancien descendeur autrichien place évidemment son protégé sur la plus haute marche. C'est ensuite le Norvégien Aksel Lund Svindal qui a ses faveurs. Pour compléter son podium, il choisit le Bernois Beat Feuz. «Avec les problèmes qu'il a connu avec son genou, c'est déjà un miracle qu'il soit de nouveau au départ. Il a un toucher de neige extraordinaire. Et le jour de de la course, il sait se sublimer. Avec la piste qui s'est durcie durant la nuit, je pense qu'il va pouvoir faire quelque chose de très bien.»

Ton opinion