Canton de Berne: Pas de gens du voyage étrangers à Meinisberg

Actualisé

Canton de BernePas de gens du voyage étrangers à Meinisberg

Le Grand Conseil bernois ne veut rien savoir d'une aire de transit pour les gens du voyage étrangers à Meinisberg, dans le Seeland.

Les nomades étrangers n'auront pas d'aire de transit à Meinisberg, dans le Seeland bernois.

Les nomades étrangers n'auront pas d'aire de transit à Meinisberg, dans le Seeland bernois.

photo: Keystone/Archives/photo d'illustration

Par 152 voix contre 1, le Grand Conseil bernois a renvoyé une demande de crédit de 9,3 millions de francs. Les nomades suisses bénéficieront eux de trois nouveaux emplacements.

Les députés ont dénoncé le coût de ce projet pour les gens du voyage étrangers, le qualifiant de luxueux. Le dossier repart maintenant au gouvernement qui devra reprendre ses travaux pour tenter de trouver un nouvel emplacement pour les gens du voyage étrangers à un coût nettement inférieur et sur une autre parcelle.

«Il n'y a pas d'alternative, on ne fait que déplacer le problème», a expliqué avant le vote le conseiller d'Etat UDC Christoph Neuhaus. Après des recherches approfondies, qui avaient porté sur près de 4500 parcelles, les autorités cantonales avaient retenu ce site situé à une dizaine de kilomètres de Bienne.

La hauteur de ce crédit s'explique par l'importante surface qui aurait dû être équipée en eau et en électricité, ainsi que par des frais de fouilles archéologiques.

D'une superficie de plus de 12'500 m2, cette place située près d'une sortie de l'A5 entre Bienne et Soleure aurait offert 40 places pour accueillir des caravanes. Dès l'annonce du lieu, le gouvernement bernois a été confronté à la fronde des habitants de Meinisberg (Montménil).

Appel à la Confédération

Pour les députés, le Conseil-exécutif doit mener des négociations avec la Confédération pour qu'elle assume la responsabilité de la réalisation des aires de transit ou au moins qu'elle participe substantiellement à leur coût.

«Ce n'est pas un problème bernois, c'est un problème national», a déclaré le PLR biennois Pierre-Yves Grivel. «Toujours les mêmes problèmes, toujours les mêmes régions», a ajouté l'élu qui estime que les gens du voyage étrangers se comportent parfois de façon arrogante, une argumentation partagée par d'autres députés à la tribune.

Le canton de Berne ne dispose actuellement d'aucune aire de transit pour les gens du voyage étrangers. La Suisse ne compte aujourd'hui que deux emplacements officiels de ce type, l'un à Kaiseraugst (AG) et l'autre à Domat-Ems (GR).

Gens du voyage suisses

Les gens du voyage suisses ont connu un sort totalement différent lundi devant les députés. Le Grand Conseil a accepté par 131 voix contre 20 un crédit de 2,6 millions de francs pour aménager trois emplacements à Cerlier, à Muri et à Herzogenbuchsee.

Ce crédit permet la planification et la réalisation de ces aires de séjour et de transit destinées exclusivement aux gens du voyage suisses. Les nomades helvétiques ont mené au cours des dernières années plusieurs actions sur le territoire bernois pour dénoncer l'absence d'emplacements.

La Société pour les peuples menacés demande que les autorités trouvent rapidement une solution de remplacement après l'échec de ce projet. Elle estime que les gens du voyage étrangers ne doivent pas faire l'objet de discriminations. En revanche, elle salue la réalisation de trois aires pour les gens du voyage suisses. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion