129 après...: Pas de grâce pour Billy The Kid
Actualisé

129 après...Pas de grâce pour Billy The Kid

Le gouverneur du Nouveau Mexique, Bill Richardson, a refusé vendredi la grâce posthume à Billy The Kid, légende des hors-la-loi du Far-west américain.

La légende de Billy The Kid a inspiré des dizaines de livres.

La légende de Billy The Kid a inspiré des dizaines de livres.

«J'ai décidé de ne pas gracier Billy The Kid», a déclaré le gouverneur lors de l'émission de la chaîne ABC «Good Morning America», quelques heures avant de quitter ses fonctions, le 31 décembre à minuit.

Le gouverneur a enquêté sur l'affaire du hors-la-loi dès sa prise de fonctions, en raison surtout des informations selon lesquelles le gouverneur du territoire dans les années 1880, Lew Wallace, avait promis de le gracier. Mais, a-t-il expliqué vendredi, «il n'y a pas de certitude (sur cette promesse) et une ambiguïté historique sur pourquoi le gouverneur Wallace serait revenu dessus».

Jeudi, assurant n'avoir pas encore pris sa décision, M. Richardson avait relevé que «Billy n'était pas un bon gars», reconnaissant toutefois qu'une majorité d'historiens connaisseurs de l'affaire était favorable à la grâce posthume.

Une légende

La légende de Billy The Kid, de son vrai nom William H. Bonney, a inspiré des dizaines de livres, films et bandes dessinées, dont un épisode célèbre de la série Lucky Luke où il est dépeint comme un gamin insupportable. On lui attribue au moins quatre meurtres. Mais certains historiens estiment qu'il a assassiné 21 personnes.

Le gouverneur Wallace - auteur par ailleurs du livre Ben Hur - lui aurait toutefois promis de le gracier en échange de sa collaboration dans une enquête criminelle. Mais il fut abattu avant par le shérif Pat Garrett dont les descendants s'étaient opposés vigoureusement à toute forme de réhabilitation de Billy The Kid, estimant qu'elle ferait de leur aïeul un simple criminel.

Susana Martinez, qui doit succéder à M. Richardson au poste de gouverneur du Nouveau-Mexique, avait récemment affirmé qu'elle considérait le débat sur une possible grâce du hors-la-loi comme une perte de temps. (afp)

Ton opinion