Actualisé 11.10.2009 à 07:34

France - Féroé

Pas de miracles pour les bleus

Malgré un doublé d'André-Pierre Gignac et une victoire 5-0 obtenue face aux Iles Féroé samedi soir à Guingamp, l'équipe de France de football devra passer par les barrages pour obtenir son billet pour la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud.

La Serbie, qui a battu 5-0 la Roumanie à Belgrade, termine première du groupe 7 des éliminatoires de la zone Europe et est définitivement qualifiée pour le Mondial 2010. La France, certaine désormais de terminer deuxième derrière les Serbes, devra affronter les 14 et 18 novembre une autre formation deuxième de son groupe européen. Le tirage au sort de ces rencontres des barrages aura lieu le 19 octobre.

En difficulté dans ce groupe 7 depuis le match initial perdu 3-1 en Autriche, l'équipe de France ne fanfaronnait pas avant d'affronter les insulaires, difficilement battus 1-0 à Thorsavn en août. Les Féroé se présentaient au Roudourou sans avoir été dominées par plus de deux buts d'écart durant ces éliminatoires. Elles y ont au contraire battu la Lituanie 2-1 et accroché 1-1 l'Autriche.

«Mon équipe joue très bien sans ballon, car elle a l'habitude de ne pas l'avoir», avait prévenu Brian Kerr, le sélectionneur des Féroé.

La France devait espérer un faux pas des Serbes face aux Roumains et marquer le plus de buts possibles aux Féroé pour tenter de combler une différence de buts largement favorable aux Serbes pour éventuellement leur ravir sur le fil la première place à l'occasion de la dernière journée, où les Bleus affronteront l'Autriche mercredi au Stade de France.

Portés par les encouragements des 18.000 spectateurs de Roudourou, 79e public de province à accueillir les Bleus, les hommes de Domenech assiégeaient immédiatement le but du gardien et capitaine Jakup Mikkelsen.

Jérémy Toulalan était proche d'inscrire son premier but pour sa 30e sélection, mais sa frappe de 25 mètres était repoussée par la base du montant droit de Mikkelsen, venu disputer à 39 ans son avant-dernier match international (11e).

Sans Franck Ribéry ni Yohann Gourcuff forfaits, les Bleus monopolisaient malgré tout le ballon.

Thierry Henry effectuait une «bicyclette» dans la surface des insulaires classés, 163e nation du football mondial. Les intentions étaient bonnes, l'efficacité absente.

Sidney Govou, de l'angle de la surface, expédiait du gauche un ballon qui rebondissait sur l'équerre droite du but de Mikkelsen (22e).

Une belle frappe en pivot d'André-Pierre Gignac était repoussée par la défense (26e).

La tension montait quand le géant blond Rogvi Jacobsen venait frotter Raymond Domenech pour un ballon sorti en touche (30e).

Gignac, auteur du but victorieux à l'aller à Thorsavn, libérait à nouveau sa formation. Sur une passe d'Anelka de la gauche, le Toulousain ouvrait le score d'une frappe en pivot dont il a le secret (1-0, 34e).

Le temps que William Gallas trouve de la tête pour la troisième fois un montant des Féroé après un coup-franc de Thierry Henry, et André-Pierre Gignac réalisait le doublé et son troisième but en équipe de France d'une frappe croisée du droit des abords de la surface (2-0, 39e).

Malgré de mauvaises nouvelle en provenance de Belgrade, où la Serbie menait face à la Roumanie, les Bleus continuaient leur pressing en début de deuxième période.

Sur un centre de Thierry Henry, William Gallas plaçait un coup de tête victorieux au deuxième poteau pour son troisième but en 76 sélections et son premier depuis 2006 face à la Bosnie (3-0, 54e).

La France n'avait plus marqué trois buts depuis sa victoire contre la Tunisie 3-1 en octobre 2008.

Domenech offrait sa première sélection au Toulousain Moussa Sissoko, qui remplaçait Toulalan dans l'entrejeu alors que Govou était suppléé par Florent Malouda, qui retrouvait sous les ovations le Roudourou, où il avait évolué avec Guingamp (62e). Puis Domenech relançait Karim Benzema à la place de Gignac (73e). L'arbitre polonais Robert Malek se blessait et était remplacé par Pawel Gil (74e).

Nicolas Anelka marquait de près (86e), puis Karim Benzema bouclait la marque (88e) d'une rencontre à sens unique où les Féroé n'auront pas cadré le moindre tir. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!