Valais: Pas de nouvelles concessions hydrauliques
Actualisé

ValaisPas de nouvelles concessions hydrauliques

Les députés valaisans sont unanimement entrés en matière mercredi sur le moratoire sur le retour des concessions hydrauliques édicté par le gouvernement cantonal.

Le moratoire sur les nouvelles concessions hydrauliques a été accepté.

Le moratoire sur les nouvelles concessions hydrauliques a été accepté.

Le moratoire gèlera les éventuels retours anticipés et donnera le temps d'établir une stratégie hydraulique cantonale. La durée de ce décret, appelé moratoire par les députés et le chef du département valaisan de l'économie, de l'énergie et du territoire Jean-Michel Cina, prête à discussion. Le gouvernement la prévoit à cinq ans maximum, la commission parlementaire la souhaite à trois ans, avec une prolongation possible de deux ans au maximum.

Durant cette phase transitoire devant mener à un choix définitif de modèle de retour des concessions, une large réflexion sera menée, des décisions seront prises et la législation sur les droits d'eau sera probablement adaptée. «Aujourd'hui c'est le début d'un processus important pour l'avenir du canton», a affirmé Jean-Michel Cina.

Le conseiller d'Etat a souligné que la nouvelle politique énergétique issue de ce «processus par étapes» devra être «suprarégionale et au-dessus des partis». Le Valais devra rester uni: «Toute la Suisse sait que nous travaillons sur cet important dossier du retour des concessions, toute la Suisse nous regarde et saura si nous nous déchirons», a prévenu Jean-Michel Cina.

Milliards en jeu

Dans ce dossier chaud qui occupera le Valais ce prochaines années, il faudra «tenir compte des intérêts des communes concédantes des eaux, des communes non concédantes et du canton. Il faudra prendre des décisions rapides et courageuses», a rappelé la députée chrétienne sociale haut-valaisanne Graziella Walker Salzmann.

«Il faudra avoir le courage de ne pas se précipiter», a nuancé Jean-Michel Cina. «L'important est d'avancer par étapes à un rythme élevé, sans faire d'erreurs».

Via ce moratoire, le gouvernement valaisan poursuit plusieurs buts. Parmi eux, garantir la sécurité d'approvisionnement en énergie électrique du Valais et de la Suisse et maintenir en Valais la majorité des revenus provenant de la production indigène d'énergie électrique. Il s'agit aussi d'assurer que les revenus provenant de cette énergie soient répartis de manière conforme à l'intérêt général de la communauté valaisanne

Les concessions sur les droits d'eau arrivent progressivement à échéance entre 2015 et 2060 selon les installations. Le montant total de ces concessions se chiffre en milliards de francs.

La discussion de détail et la deuxième lecture du moratoire par le Grand Conseil valaisan auront lieu jeudi et vendredi. (ats)

Ton opinion