Actualisé 22.06.2015 à 21:06

LausannePas de pacificateurs dans les rues avant cet automne

Annoncés pour cet été, les correspondants de nuit n'arriveront que plus tard. Ce que regrettent certains professionnels.

de
Mirko Martino

Il faudra patienter encore un peu pour voir les correspondants de nuit instaurer un dialogue avec les fêtards de la capitale vaudoise.

«Pour des raisons de calendrier, il était impossible de procéder plus rapidement au recrutement et à l'engagement de cette nouvelle unité», a expliqué hier Grégoire Junod, directeur de la Sécurité. «Nous nous sommes inspirés d'expériences similaires en place dans d'autres villes, où il y a de bons résultats, comme Zurich», a rappelé l'élu socialiste.

Mais comment sera composée cette unité? «Parmi une centaine de candidatures de tous les horizons, nous engagerons sept ou huit personnes complémentaires entre elles», a précisé Mathias Schaer, chargé du dossier. Certains auront un passé dans la sécurité, dans les milieux de la santé ou comme éducateurs.

Les jeudis, vendredis et samedis, jusqu'à 2 h du matin, ces personnes sillonneront les rues et les parcs à la rencontre des noctambules. Leur rôle sera de réguler l'espace public et de rappeler les règles, sans toutefois pratiquer de suivi social. Elles orienteront vers les structures compétentes les personnes nécessitant un accompagnement.

Mais certaines voix se font entendre du côté des professionnels du secteur. S'il accueille chaque nouvelle mesure favorablement, l'un d'eux regrette l'arrivée de ces pacificateurs après la période «chaude» l'été. Il souhaiterait également plus d'argent et d'énergie dans la prévention des comportements à risque.

Roumain au poste

La création d'une brigade spécialisée dans les cambriolages a permis leur baisse de 40% sur les six derniers mois. Dans la même ligne, un policier roumain sera intégré à un groupe actif dans la délinquance transfrontalière dès la fin de l'été. Il aura un rôle d'observateur et d'agent de liaison. «Bâle et Genève ont déjà adopté ce système avec de bons résultats», a souligné Pierre-Alain Raemy, commandant de la police.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!