Pas de pénurie d'enseignants pour la rentrée scolaire
Actualisé

Pas de pénurie d'enseignants pour la rentrée scolaire

A quelques jours ou quelques semaines de la rentrée scolaire - selon les cantons - la quasi totalité des postes d'enseignants ont été repourvus en Suisse.

Mais cela ne s'est pas fait sans mal dans les branches scientifiques, notamment pour les mathématiques.

«C'est un problème récurrent depuis quelques années», indique Jean-Claude Marguet, chef du service de l'enseignement obligatoire du canton de Neuchâtel. Selon une enquête de l'ATS, Vaud, le Jura, Genève et le Tessin vivent des situations comparables.

Partout, on constate que le nombre d'étudiants dans les facultés des sciences est insuffisant, surtout en mathématiques, mais aussi dans d'autres branches comme la biologie. Pour pallier ce manque, les cantons tentent de se montrer imaginatifs.

Genève a par exemple procédé à l'embauche de profs français. Dans le Jura et au Tessin, il a fallu recourir à des engagements temporaires de personnes sans qualification pédagogique, mais avec des compétences dans les branches concernées.

Pénurie en 2010

Les écoles secondaires tessinoises ont en outre confié des heures de mathématiques à des universitaires diplômés dans des disciplines proches, en majorité des biologistes et des économistes.

Ce genre de mesures peut certes suffire pour l'instant, estimait en avril Beat Zemp, président de l'association faîtière des enseignants alémaniques. Mais cela ne fait que retarder l'échéance: selon lui, la pénurie menace à partir de 2010.

A terme, le Tessin envisage d'ailleurs de proposer une formation continue aux enseignants primaires pour qu'ils puissent dispenser des cours, notamment de mathématiques, dans les écoles secondaires. La Commission des mathématiques de la Suisse italienne, qui regroupe les maîtres concernés, s'est récemment élevée contre cette mesure en soulignant qu'il fallait disposer d'une «solide formation pour garantir la qualité de l'enseignement».

Allemand et économie familiale

La situation semble par contre s'être détendue en ce qui concerne le recrutement des profs d'allemand. Quelques difficultés ont été signalées à Genève, Fribourg et dans le canton de Vaud, mais sans commune mesure avec les problèmes qui avaient cours il y a quelques années, à en croire les responsables cantonaux.

Plus surprenant, le canton de Fribourg souffre d'un manque d'enseignants en économie familiale. «Nous avons eu plusieurs départs à la retraite cette année», explique Robert Zufferey, adjoint au chef du Service de l'enseignement obligatoire de langue française.

«Et depuis que la formation de ces profs-là passe aussi par l'université, il est plus difficile de recruter. Nous devrons donc prendre des mesures pour promouvoir cette discipline», indique M. Zufferey.

Inquiétude à Zurich

Outre-Sarine, les inquiétudes viennent surtout de Zurich, seul canton à compter plus de 10 postes encore ouverts à quelques jours de la rentrée, fixée au 18 août. Sur les bords de la Limmat, on concède que «dans un nombre relativement élevé de cas, on a mis en place des solutions provisoires, comme l'engagement temporaire de retraités».

Les autorités ont décidé d'évaluer plus à fond la situation une fois la rentrée derrière elles. Si elles arrivent à la conclusion que le marché de l'emploi des enseignants restera tendu pendant quelques années, elles envisageront d'autres mesures. Une solution serait de relancer des maîtres ayant quitté le monde de l'enseignement, comme les mères de famille qui ont arrêté de travailler à la naissance de leur enfant.

Profs allemands à Lucerne

Enfin, Lucerne signale avoir lancé cette année une campagne de recrutement dans les journaux du sud de l'Allemagne. Si toutes les places n'étaient pas pourvues le jour de la rentrée (18 août), les responsables auraient recours à des remplaçants. (ats)

Ton opinion