Affaire Petraeus: Pas de poursuites contre l'ex-maîtresse
Actualisé

Affaire PetraeusPas de poursuites contre l'ex-maîtresse

Le parquet américain a déclaré mardi qu'aucune poursuite ne serait engagée pour cyber-harcèlement contre Paula Broadwell, l'ex-maîtresse de David Petraeus, l'ancien directeur de la CIA.

Paula Broadwell faisait l'objet d'une enquête pour des courriers électroniques anonymes de menace qu'elle était accusée d'avoir envoyés à une autre femme, Jill Kelley, dont elle était jalouse et à laquelle elle aurait ordonné de s'éloigner de David Petraeus. Jill Kelley, amie de longue date de l'ancien général, avait signalé ces courriers au FBI en Floride, qui avait alors découvert que Mme Broadwell avait entretenu une liaison avec David Petraeus, provoquant la démission du directeur de la CIA.

Paula Broadwell, co-auteur d'une biographie du général Petraeus, fait également l'objet d'une enquête pour avoir conservé dans son ordinateur des informations confidentielles. On ignore dans l'immédiat si cette enquête se poursuit. Cette affaire a aussi éclaboussé un autre général quatre étoiles, John Allen, le commandant des forces de l'Otan en Afghanistan, qui aurait eu une correspondance «déplacée» avec Jill Kelley, et dont la nomination à la tête du commandement de l'Otan a en conséquence été suspendue.

Paula Broadwell a rencontré pour la première fois Petraeus en 2006, lorsqu'après une carrière militaire elle étudiait à Harvard. Le général américain lui avait alors donné sa carte, lui proposant son aide. Quatre ans plus tard, elle se trouvait en Afghanistan et transformait son mémoire en une biographie du général intitulée «All In», parue au début de l'année. (ats)

Ton opinion