Actualisé 12.10.2014 à 14:38

ThurgoviePas de procédure contre les «tueurs» de Garfield

Le Ministère public ne poursuivra pas le refuge de Romanshorn, après l'euthanasie d'un chat «errant» qui n'en était pas un.

de
taw/dmz
Ce chat était très apprécié des pensionnaires du home.

Ce chat était très apprécié des pensionnaires du home.

Le procureur de Bischofszell (TG) considère que la décision de faire piquer Garfield est juste, relatait samedi la «Thurgauer Zeitung». Garfield était le chat-mascotte d'un home pour personnes âgées d'Egnach. Il avait été retrouvé par une habitante du village, qui l'avait confié aux bons soins d'un refuge pour animaux de Romanshorn.

Considéré comme vieux, malade et errant, Garfield a été emmené chez le vétérinaire, qui a décidé de l'euthanasier. L'affaire avait secoué les pensionnaires, mais surtout Reinhold Zepf, président de la société thurgovienne de protection des animaux, qui avait déposé plainte. Il avait notamment accusé la structure d'accueil d'avoir poussé le vétérinaire à mettre fin aux «souffrances» du matou pour des raisons financières. Pour le procureur, Reinhold Zepf n'a pas agi pour des motifs honorables, mais «dans le but de nuire» au refuge de Romanshorn. Peu après les faits, Ronny Eichort, son directeur, avait d'ailleurs déjà accusé Reinhold Zepf de chercher à en prendre le contrôle.

La décision de la justice thurgovienne fait bondir ce dernier. «Je rejette ces allégations», a-t-il déclaré au quotidien local. «Je vais porter l'affaire devant le Tribunal cantonal». En outre, il veut lancer une procédure disciplinaire à l'encontre du procureur, qui aurait mal fait son travail: «Nous n'avons pas été légalement entendus», prétend Reinhold Zepf.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!