11.09.2020 à 16:13

Union européennePas de retour prématuré de règles budgétaires strictes

Paolo Gentiloni, commissaire aux Affaires économiques de l’UE, a affirmé vendredi qu’il n’est pas opportun de réinstaurer les règles de disciplines budgétaires tant que l’économie est affectée par la pandémie.

Le commissaire européen aux Affaires économiques Paolo Gentiloni s’est exprimé devant la presse vendredi à Berlin après une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

Le commissaire européen aux Affaires économiques Paolo Gentiloni s’est exprimé devant la presse vendredi à Berlin après une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

AFP

Le commissaire européen aux Affaires économiques Paolo Gentiloni a mis en garde vendredi contre un retour prématuré des règles européennes de stricte discipline budgétaire. Il craint un effet négatif sur la reprise économique de l’UE affectée par la pandémie.

Pour stimuler les dépenses publiques afin de faire face à la récession provoquée par le nouveau coronavirus, l’UE a suspendu en mars l’application des règles du Pacte de stabilité et de croissance, qui impose un certain niveau de dette et de déficit à chaque État.

À la question de savoir quand cette suspension allait s’arrêter, l’Italien Gentiloni a déclaré qu’elle «cesserait quand cette grave crise économique, qui touche l’ensemble de l’économie européenne, prendra fin». Il s’est gardé de donner une date exacte pour un retour à la normale.

Ne pas mettre en danger la reprise

«Nous prévoyons que la plupart des États membres de l’UE n’auront pas retrouvé leur niveau de produit intérieur brut (PIB) d’avant-crise d’ici à la fin 2021, avec un écart moyen de 2,5%», a-t-il dit, lors d’une conférence de presse à Berlin après une réunion des ministres des Finances de la zone euro.

Et d’estimer «qu’un retrait prématuré du soutien budgétaire mettrait en péril la fragile reprise». La présidente de la BCE Christine Lagarde est sur la même longueur d’onde: lors de la même conférence de presse, elle a souligné que les mesures de soutien à l’économie de la zone euro mises en place par son institution devaient être épaulées par celles des gouvernements.

Les mesures de soutien budgétaire «doivent réellement rester en place jusqu’à la fin de la crise», a-t-elle martelé.

Un «consensus»

«Nous avons dégagé un consensus sur la nécessité de continuer à soutenir les économies (…) Il ne faut pas retirer trop vite les dispositifs de soutien à notre économie ou à l’activité partielle», a renchéri le ministre français des Finances, Bruno Le Maire.

«Nous savons que la reprise est un peu plus forte qu’attendu, c’est une bonne nouvelle. Mais que les incertitudes sont aussi plus fortes que prévu, c’est une mauvaise nouvelle (…) Cela doit nous amener à continuer à maintenir les dispositifs de soutien à l’économie», a-t-il ajouté.

(ATS/NXP)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!