Pas de taser pour expulser les étrangers
Actualisé

Pas de taser pour expulser les étrangers

Contrairement à son parti, l'UDC Yvan Perrin se prononce contre l'utilisation du taser pour les renvois forcés d'étrangers.

«D'autres moyens moins dangereux existent», indique le conseiller national neuchâtelois dans une interview publiée lundi par Le Temps.

«En revanche, ces pistolets à électrochoc peuvent être très utiles pour neutraliser des forcenés», soutient le député UDC. «Dans ces situations, le taser peut sauver des vies. Il permet de gérer des crises sans recourir à une arme à feu», estime Yvan Perrin, qui a testé le taser sur lui-même fin novembre.

Début octobre, le Conseil national avait intégré le taser dans le catalogue des armes pouvant être utilisées lors de l'expulsion de personnes séjournant illégalement en Suisse, contre l'avis du Conseil des Etats. La Chambre des cantons doit à nouveau se pencher sur le dossier ce lundi.

Au mois d'octobre à l'aéroport de Vancouver, une interpellation au taser avait très mal fini. Un ressortissant polonais âgé de 40 ans était mort après avoir reçu deux décharges. Robert

Dziekanski avait dû être maîtrisé après s'être montré très agité dans la zone des arrivées.

(ats)

Ton opinion