Dopage dans le cyclisme: Pas de traitement spécial pour Armstrong
Actualisé

Dopage dans le cyclismePas de traitement spécial pour Armstrong

Le président de l'UCI, Pat McQuaid, a assuré que tous les coureurs visés par les accusations de dopage de Floyd Landis seraient traités de la même façon.

Pat McQuaid, président de l'UCI. (Photo: AP)

Pat McQuaid, président de l'UCI. (Photo: AP)

«Les règles sont les mêmes pour tous. Je n'aime pas que l'on puisse penser qu'Armstrong bénéficie d'un traitement spécial de la part de l'Union cycliste internationale. Si éventuellement l'USADA (Agence antidopage américaine) et la fédération US sanctionnent Armstrong, nous suivrons», a déclaré Pat McQuaid, joint par l'AFP au téléphone.

«Mais il n'y a pas qu'Armstrong. Il y a huit ou dix personnes citées. Pourquoi se concentrer seulement Armstrong ?», a réagi le président de l'UCI tout en mentionnant à propos du septuple vainqueur du Tour de France (1999 à 2005), de retour dans le peloton l'année passée: «Quoi qu'on pense de lui, quoi qu'il ait fait ou non, c'est une star mondiale.»

Pat McQuaid a annoncé par ailleurs au site spécialisé cyclingnews qu'Armstrong avait fait non pas un mais deux versements entre 2002 et 2005 à la fédération internationale qui était alors présidée par Hein Verbruggen. En plus des 100 000 dollars (environ 105 000 francs suisses) correspondant à l'achat d'une machine permettant d'analyser le sang, un autre versement de 25 000 dollars (environ 26 400 francs) a été effectué en 2002. Ce don a été utilisé par l'UCI pour des contrôles antidopage à destination des juniors, a expliqué l'actuel président de l'UCI, en fonction depuis septembre 2005.

En contact avec tous les grands coureurs

Fin mai, à l'occasion d'une visite sur le Giro, Pat McQuaid avait révélé qu'Armstrong avait promis en 2002 un don de «100 000 dollars pour le développement du cyclisme», versement effectué seulement trois ans plus tard. Le président de l'UCI avait nié un conflit d'intérêt mais avait reconnu que l'UCI serait très prudente à l'avenir sur toute donation faite par un coureur en activité.

A propos des allégations de Landis, le vainqueur déchu du Tour de France 2006 qui a accusé de dopage Armstrong et d'autres coureurs de l'US Postal, Pat McQuaid a déclaré «se fier au système (antidopage) pour attraper les tricheurs. Le ciblage a fait beaucoup plus que tout ce qui a pu être dit par Landis, qui ne serait d'ailleurs pas possible aujourd'hui», a dit à l'AFP le président de l'UCI.

«Les investigations sont menées par l'USADA et par les différentes fédérations nationales. Nous attendons leurs conclusions et, ensuite, nous prendrons les mesures contre n'importe quel coureur, petit ou grand. Je dis bien: n'importe quel coureur», a insisté Pat McQuaid.

Le président de l'UCI a assuré «prendre au sérieux» cette affaire: «Mais je maintiens que l'on ne peut pas juger des gens (dès maintenant) sur ces accusations parce que la crédibilité de Landis est vraiment sujette à caution.»

«J'ignore à quel niveau les investigations ont avancé. Si on nous contacte, on donnera toutes les informations nécessaires. On n'a rien à cacher. Il n'y a absolument aucun problème», a-t-il poursuivi.

Pat McQuaid a précisé enfin que l'UCI n'était pas en contact seulement avec Armstrong mais aussi «avec tous les grands coureurs (Cancellara, Evans, les Schleck, etc) pour développer le cyclisme.»

(ats)

Ton opinion