Syrie: Pas de «vendredi des martyrs» à Damas
Actualisé

SyriePas de «vendredi des martyrs» à Damas

Vendredi devait être un jour test pour le régime syrien. Plusieurs groupes de Facebook ont en effet appelé à des manifestations anti-gouvernementales.

par
Shahïn Ammane
Damas

Rien ne doit être laissé au hasard. Et les consignes semblent extrêmement claires. Cette journée doit se dérouler en douceur, sans colère ni effusion de sang. Pas de place aux revendications. C'est le jour du Seigneur et ce doit le rester. La capitale est plus calme qu'à son habitude à la mi-journée de vendredi. Presque déserte. A peine entend-on les appels à la prière se mélangeant aux sermons diffusés par les haut-parleurs des lieux de culte. La peur imprègne ce "vendredi des martyrs".

Sur le parvis de la mosquée des Ommeyades, là où se sont déroulées les dernières rébellions, la sécurité est visible et omniprésente. On ne veut pas revivre un autre épisode de contestations à la sortie de la prière. L'avertissement se comprend au nombre de policiers et d'agents des «moukhabarats» présents: plusieurs centaines ont quadrillé le secteur. Tout comme à l'intérieur de la mosquée, où des fidèles au gouvernement se sont mélangés aux fidèles croyants qui ont bravé la peur d'être mis à mal par un mouvement populaire.

Dans l'enceinte de la mosquée historique, La prière se termine. L'ambiance est fébrile. Les hommes foulent le marbre de la cour , d'abord dans le calme. Soudain, un brave lance haut et fort: «Dieu est grand, liberté...» Il n'aura pas le temps de finir sa phrase et de la répéter. Il est immédiatement encerclé et emmené par cinq agents. Dans la foulée, un autre homme crie à son tour: «Dieu, Syrie, Bachar et c'est tout». Repris là, immédiatement, en chœur par ses coreligionnaires.

La foule gonfle. C'est la bousculade. Les deux grandes portes s'ouvrent sur la place. S'y déverse la marrée humaine, portée par les cris et les slogans patriotiques. Pancartes, photos et slogans apparaissent, sortis de nul part. Certaines personnes tentent d'immortaliser la scène avec leur téléphone portable. Ils en sont immédiatement empêchés par la sécurité qui, sans violence, somme les photographes amateurs d'effacer leurs images. Chacun obtempère sans rechigner.

Le rassemblement qui compte plusieurs centaines de pro Bachar Al-Assad, se dirige alors vers la caméra de la télévision syrienne présente, prévue, préparée et perchée sur un toit faisant face à l'entrée de la mosquée. Les slogans se succèdent durant une demi-heure sur la place, puis le cortège plonge dans l'artère du souk Hamidié avec le sentiment du travail bien fait. Le mot d'ordre a été suivi... Les débordements, ici, évités.

Au moins 4 morts au nord de Damas

Au moins quatre personnes ont été tuées et des dizaines blessées vendredi par des tirs des forces de l'ordre lors de manifestations dans la ville de Douma, à 15 km au nord de Damas, a déclaré un témoin joint par l'AFP au téléphone.

Après la prière hebdomadaire musulmane du vendredi, les manifestants sont sortis de la mosquée et ont commencé à lancer des pierres sur les forces de l'ordre, qui ont riposté en tirant des balles réelles, a ajouté ce témoin qui a demandé à ne pas être nommé pour des raisons de sécurité.

Au moins quatre personnes ont été tuées, a-t-il dit en les identifiant, et en ajoutant qu'il pourrait y avoir au moins six autres morts.

«Des dizaines de personnes ont été blessées et des dizaines d'autres arrêtées», selon lui.

(afp)

Ton opinion