Actualisé 19.04.2019 à 20:41

Italie

«Pas descendus dans la rue pour des selfies»

La jeune militante suédoise Greta Thunberg a interpellé la classe politique vendredi, lors d'une marche pour le climat à Rome.

«Il n'y pas le moindre changement politique en vue», s'est insurgée l'adolescente de 16 ans.

«Il n'y pas le moindre changement politique en vue», s'est insurgée l'adolescente de 16 ans.

AFP

La jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg, bien décidée à «réveiller les adultes», a dénoncé vendredi l'absence de «changement politique» pour préserver la planète, lors d'une manifestation à Rome.

«Réveiller les adultes»

«Nous ne sommes pas descendus dans la rue pour que les adultes prennent des selfies avec nous ou nous disent qu'ils admirent ce que nous faisons», a lancé l'adolescente, acclamée par 5000 jeunes Italiens. «Nous faisons cela pour réveiller les adultes», a-t-elle insisté sur la célèbre Place du Peuple, en plein coeur de la capitale italienne.

«Des millions d'écoliers, y compris en Italie, ont observé des grèves pour l'environnement. Mais rien n'a changé. Il n'y pas le moindre changement politique en vue», s'est insurgée l'adolescente de 16 ans, devenue une égérie mondiale du climat pour sa génération.

Greta Thunberg a parlé jeudi devant le Sénat italien et a pu saluer le pape François sur la place Saint-Pierre mercredi.

Les jeunes Italiens, lycéens ou étudiants, visiblement galvanisés vendredi par son discours militant, brandissaient des pancartes avec des slogans chocs: «Changez le monde, pas le climat» ou encore «Oh les gars, quelle chaleur!».

«Ces manifestations sont importantes parce qu'elles contribuent à sensibiliser les gens aux questions d'écologie», a estimé Chiara, étudiante de 22 ans.

«Problème planétaire»

Pour Eleonora, 19 ans, «aujourd'hui les politiques ne doivent plus être pensées au niveau national, mais au niveau mondial pour résoudre ce problème planétaire de l'environnement».

Certains jeunes ont marqué leur engagement pour la planète en pédalant sur des vélos, produisant ainsi l'électricité du podium et de ses haut-parleurs.

«Je suis très déçue de cette manifestation, aucun de ces jeunes n'a évoqué le problème des animaux», a pour sa part regretté Paola Samaritani, une militante écologiste de 52 ans. Venue avec son cochon domestique «Dior» pour dénoncer la maltraitance animale et l'énorme pollution causée par l'élevage intensif, elle n'a pas eu le succès espéré.

«Il est inutile de faire des discours de petits politiciens en herbe, si on n'évoque pas la cause animale» s'est-elle emportée. «Et si ça se trouve, dans leurs sacs, ils ont même des sandwichs au jambon!». (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!