Valais - Pas d’illumination de la croix au-dessus de Randa
Publié

ValaisPas d’illumination de la croix au-dessus de Randa

Le symbole religieux situé au-dessus du village de Randa prend de l’âge. Une demande de rénovation a été déposée et la possibilité de l’illuminer était souhaitée. Rénovation, oui; éclairage non, a décidé la commission cantonale des constructions.

La croix pourra être rénovée, mais pas illuminée la nuit.

La croix pourra être rénovée, mais pas illuminée la nuit.

zermatt.ch

La croix plantée au lieu-dit Hohtschugga, à 1763 mètres d’altitude, au-dessus du village de Randa, dans le Haut-Valais prend de l’âge et a besoin d’être rénovée. Haute de 9 mètres, elle a été érigée en 1934, par les Jeunesses de Randa. Le conseil de paroisse a déposé une demande auprès de la commission cantonale des constructions en mars 2020. Il souhaitait également que la croix soit illuminée la nuit. La réponse, qui n’est arrivée qu’au printemps 2021, a déçu tant le conseil que les paroissiens. La réfection a été approuvée, mais pas l’éclairage, comme le rapporte le «Walliser Bote». Cela en raison de la pollution lumineuse qui affecterait la flore et la faune. La réponse comporte 12 pages et donne de nombreux arguments contre l’illumination de ce symbole.

«Nous avons été surpris par la décision négative de Sion», déclare Frédéric Imboden, vice-président de Randa. D’autant plus que d’innombrables croix de montagne sont illuminées la nuit dans tout le canton. Pour sa part, la Fondation suisse pour la protection du paysage demande que plus aucun éclairage de cette sorte ne soit autorisé sur le territoire cantonal à l’avenir.

Pas baisser les bras

En attendant, les autorités de Randa ne baissent pas les bras et vont taper à nouveau à la porte de la commission cantonale des constructions. «Avec un peu de bon sens, l’éclairage devrait être réalisable», lance Frédéric Imboden. Le quotidien haut-valaisan rapporte une situation similaire à Saas-Balen il y a six ans. Là aussi, une croix était prévue. C’est la Municipalité qui a donné son feu vert. Mais ce n’était pas de sa compétence et la police des constructions est intervenue. Après deux réunions et une inspection du site, la commission cantonale des constructions a accordé l’autorisation d’ériger la croix lumineuse. C’était peut-être la dernière croix de montagne en Valais à recevoir la bénédiction des autorités… conclut le «Walliser Bote».

(sul/jbm)

Ton opinion