01.08.2018 à 22:57

SécheressePas tous égaux devant l'interdiction des feux

Faire un feu en plein air peut avoir des conséquences, surtout en Suisse alémanique. Les polices romandes préfèrent la prévention.

de
Xavier Fernandez
1 / 4
La ville de Bâle a tiré ses feux d'artifice le 31 juillet.

La ville de Bâle a tiré ses feux d'artifice le 31 juillet.

Keystone/Georgios Kefalas
Toujours à Bâle. Magnifique.

Toujours à Bâle. Magnifique.

Keystone/Georgios Kefalas
Le 1er Août, le président de la Confédération Alain Berset était au Grütli.

Le 1er Août, le président de la Confédération Alain Berset était au Grütli.

Keystone/Peter Klaunzer

A Saint-Gall, les forces de l'ordre sont intervenues plusieurs fois ces derniers jours auprès de personnes n'ayant pas respecté les interdictions liées à la sécheresse. Pour onze d'elles, des amendes sont même tombées. A Bâle, un homme a écopé d'une prune de 100 francs pour une fusée allumée.

En Suisse romande, il semble en revanche que les règles sont mieux respectées et, de plus, les polices sont plus tolérantes. Mais que risquent réellement ceux qui bravent les interdits? Ça dépend des conséquences de leurs actes. En principe, les autorités peuvent infliger une amende allant jusqu'à 5000 francs.

Gare aux conséquences graves

Mais si la personne provoque un incendie, l'affaire peut aller plus loin. «Les interventions des secours, notamment des pompiers, seraient facturées au coupable. Et, de plus, s'il y a lieu de replanter une forêt, ou si des dégâts matériels et humains sont à déplorer, il pourrait même y avoir des suites civiles et pénales», explique Jean-­Christophe Sauterel, de la police vaudoise. Cette dernière n'a toutefois procédé à aucune dénonciation. Les polices fribourgeoise et neuchâteloise non plus.

Dans le Valais, en revanche, quatre cas ont été signalés. «Avant tout, nous privilégions la prévention. Les gens doivent comprendre que ces règles sont là pour le bien commun», souligne le porte-parole Stève Léger.

Les communes sont responsables

Le canton du Valais a décrété une interdiction totale et générale de faire du feu en plein air, à cause de la sécheresse et des risques d'incendie. Néanmoins, dix-neuf communes du Valais romand ont décidé, malgré tout, de maintenir leurs feux d'artifice pour marquer la fête nationale, comme l'explique la radio valaisanne Rhône FM dans un article publié sur son site internet. C'est donc sous leur propre responsabilité qu'elles ont procédé aux tirs, hier et avant-hier.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!