Actualisé 07.11.2008 à 19:37

Turquie

Pascal Couchepin est arrivé à Ankara

Le président de la Confédération Pascal Couchepin est arrivé vendredi à Ankara pour une visite de plusieurs jours en Turquie, au moment où la Suisse durcit le ton contre le PKK.

Il doit rencontrer lundi le président Abdullah Gül et mardi le premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

M. Couchepin est arrivé en début de soirée dans la capitale turque, a indiqué à l'ATS son porte-parole Jean-Marc Crevoisier. Il a été accueilli sur le tarmac par le ministre des sports, Murat Basesgioglu, qu'il avait déjà rencontré en Suisse en marge d'un match de l'EURO 2008. Le Valaisan a ensuite eu un bref entretien en tête-à-tête de courtoisie avec M. Gül, avant un dîner officiel.

M. Couchepin se rendra pendant tout le week-end à Konya, en Cappadoce, berceau de la civilisation chrétienne en Turquie et où a été lancé au VIIIe siècle le soufisme, une branche de l'islam. Il doit visiter également lundi matin un centre pour jeunes du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), cofinancé par la Suisse.

Outre ses rencontres avec MM. Gül et Erdogan, le président de la Confédération doit également s'entretenir mardi avec le leader de l'opposition Deniz Baykal. Le même jour, une cérémonie est prévue pour célébrer les 80 ans des relations diplomatiques entre les deux pays.

Mesures contre le PKK

Cette visite intervient alors que le Conseil fédéral a décidé cette semaine de serrer la vis contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) après la série d'attentats commis en Suisse à la mi- octobre et attribués à l'organisation kurde. Les activités du PKK et de milieux qui lui sont proches seront limitées et étroitement surveillées.

Plus d'une dizaine d'attentats dirigés notamment contre des cafés, des locaux associatifs et des agences de voyage ont été commis en Suisse. Il s'agissait principalement d'incendies intentionnels, qui ont fait un blessé grave. Des actes comparables ont été perpétrés dans d'autres pays d'Europe.

La police n'a pas encore mis la main sur les responsables de ces incendies criminels. Mais le gouvernement a adopté des mesures afin de préserver la sécurité intérieure et extérieure. Le Service d'analyse et de prévention (SAP, renseignement intérieur suisse) est convaincu que le PKK en est à l'origine.

Des hauts et des bas

La visite de Pascal Couchepin intervient alors que les deux pays multiplient les contacts récemment. Le week-end dernier, la cheffe de la diplomatie suisse Micheline Calmy-Rey a rencontré à Istanbul son homologue Ali Babacan, après une visite de ce dernier à Berne en septembre centrée sur les relations économiques. Le 19 novembre, la conseillère fédérale Doris Leuthard, à la tête de l'Economie, se rend pour trois jours à Ankara.

Les relations entre les deux pays ont connu des tensions ces dernières années, notamment à la suite de la reconnaissance officielle en 2003 par le Conseil national du génocide arménien. Ankara a annulé ou reporté des visites de conseillers fédéraux en Turquie. Pour le Conseil fédéral, cette question revient en priorité aux historiens.

Le projet controversé du barrage d'Ilisu est aussi à l'origine de divergences. Berne, avec Berlin et Vienne, a demandé en octobre dernier à Ankara de prendre les mesures nécessaires à la protection de la population, de l'environnement et des bien culturels, sans quoi les trois pays menacent de retirer leur garantie contre les risques à l'exportation aux industriels impliqués dans la construction de l'ouvrage. Le dossier est encore en suspens.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!