Genève: Pascal Henry, le gastronome devenu SDF
Actualisé

GenèvePascal Henry, le gastronome devenu SDF

Une émission de France 2 retrace le parcours de Pascal Henry, disparu au cours d'un tour du monde gastronomique. Le Genevois vit aujourd'hui dans la rue.

par
Valérie Duby

L'émission «Prise directe» (20h35 mardi soir sur France2) est consacrée aux disparitions. Elle retrace notamment le parcours de Pascal Henry, disparu au cours d'un tour du monde gastronomique. Les journalistes français ont rencontré le Genevois dans la cité de Calvin.

La vie du gastronome qui avait entrepris le tour du monde des 68 Macarons Michelin a bien changé: l'homme a perdu une vingtaine de kilos. Son quotidien n'a plus rien à voir avec l'univers des grandes tables… Pascal Henry est devenu un homme de la rue qui n'aime plus guère parler aux médias.

La presse genevoise l'avait retrouvé fin 2008 à Genève. Réapparu comme il avait disparu. En toute discrétion. Pascal Henry, Genevois d'origine vaudoise de 47 ans, est l'homme que les journaux (et la police!) ont recherché pendant tout l'été 2008, après sa disparition du restaurant El Bulli, temple de la cuisine moléculaire en Espagne.

Depuis son retour, ce coursier de profession a fait la Une des journaux, posant aux côtés de grands cuisiniers comme son «parrain» et ami Paul Bocuse. Aujourd'hui, l'homme ne fréquente plus les meilleurs tables de par le monde. Il vit à la rue. Sans argent, sans domicile fixe, sans travail.

Spectateur de sa propre vie

Pascal Henry passe ses journées à jouer aux échecs dans le parc des Bastions. Un changement de vie au goût amer… «C'est toujours difficile, pour les gens rationnels, de comprendre les actes manqués, expliquait Pascal Henry sur le blog de son ami Jacques Perrin (blogcavesa.ch).»

«La grande différence qu'il y a entre les gens et moi, c'est que la plupart sont équilibrés. Notre éducation et notre enfance nous déterminent beaucoup. J'ai toujours été dans la vie à chercher la quête du sens, à me demander pourquoi on est là… Je suis très admiratif face aux gens qui ont tout de suite trouvé, qui se sont mariés, qui ont une situation, comme on dit. Tout ce que je n'ai jamais eu… Ce voyage m'a révélé que passer son temps à manger ne faisait pas vraiment partie de cette quête.»

Au cours de sa disparition, Pascal Henry a hésité «à aller voir chez les ermites». Il voulait «entrer en pénitence.» Il voulait surtout essayer de trouver sa place: «J'ai toujours été un peu le spectateur de ma propre vie. A un moment donné quand vous avez passé 40 ans, vous vous dites forcément: c'est quoi la vraie vie ? Evidemment, ce n'est pas de se réfugier dans les tables pour être bien pendant quelques heures.»

Les cas Kampusch et Fritzl

Présentée par Béatrice Schonberg, le thème de l'émission de mardi soir s'intitule «Le mystère des disparitions». Elle traite des disparitions volontaires mais aussi des autres…

On y retrouve Natacha Kampusch, Elisabeth Fritzl, des femmes que l'on croyait disparues à jamais et qui ont refait surface des années plus tard. Des cas exceptionnels qui ont frappé l'opinion et ont également redonné espoir aux familles dont les enfants disparus font partie de notre mémoire collective: Estelle Mouzin, Marion Wagon, Cécile Vallin…

Chronologie d’une disparition

5 mai 2008: Pascal Henry débute sa tournée des 68 Macarons Michelin. Son premier restaurant : Paul Bocuse, à Collonges-au-Mont près de Lyon. Le célèbre cuisinier devient le parrain de cette aventure gastronomique.

12 juin 2008: Pascal Henry disparait du restaurant El Bulli sans payer.

7 août 2008: la police espagnole ratisse le secteur de Rozes à la recherche du disparu. Une information est ouverte pour assassinat.

8 août 2008: Interpol a localisé Pascal Henry en Suisse. Une caméra de surveillance l’a filmé en train de retirer de l’argent à un bancomat.

Décembre 2008. le gastronome est de retour au pays. Il a de la peine à véritablement expliquer sa disparition.

Ton opinion