Actualisé 13.07.2012 à 14:23

Aigle (VD)Passagers laissés en plan sur un quai à 6h du mat'

Plusieurs usagers des CFF sont restés en rade, vendredi matin, sans obtenir d'explication. Des travaux le long des voies sont à l'origine de cette perturbation, indique l'ex-régie fédérale.

de
Caroline Gebhard
C'est seulement à 7h30 que deux trains sont arrivées en gare d'Aigle pour prendre en charge les pendulaires.

C'est seulement à 7h30 que deux trains sont arrivées en gare d'Aigle pour prendre en charge les pendulaires.

Les pendulaires avaient la mine sombre, vendredi matin en gare d'Aigle. Et pour cause: certains voyageurs, qui devaient prendre leur train à 5h43 pour rejoindre Lausanne, ont dû patienter jusqu'à 7h30 pour enfin embarquer à bord d'une rame. Tous les usagers des CFF arrivés dans l'intervalle se sont joints à eux pour une attente interminable au cours de laquelle ils ont eu toutes les peines du monde à obtenir des informations de la part de l'ex-régie fédérale.

Arrivé vers 6h30 à la gare, Paul* raconte: «Les CFF restaient muets et se contentaient d'afficher des perturbations à durée indéterminée sur leur site. Certains se sont organisés personnellement pour rejoindre leur lieu de travail, en prenant un taxi par exemple. Rien n'a été mis en place. Certaines personnes étaient bloquées sur le quai avec leurs valises alors qu'elles devaient rejoindre l'aéroport.»

«L'information n'était «pas optimale», reconnaissent les CFF

Durant près de deux heures, les passagers ont attendu sans savoir quand la situation allait se dénouer. Porte-parole des CFF, Jean-Philippe Schmidt admet que l'information a été lacunaire. Selon lui, la nature du problème à l'origine des perturbations explique partiellement cet état de fait. «Vers 5h12, lors de travaux réalisés au bord des voies, une équipe a touché une petite conduite de gaz par inadvertance. Il n'était pas possible de faire circuler les trains pour des raisons de sécurité.» Avant la fin annoncée de la réparation, intervenue vers 7h, «il était difficile d'indiquer quand la perturbation allait se terminer», poursuit le porte-parole. Qui insiste toutefois sur le fait que «l'information à la clientèle doit être sans cesse améliorée: on reconnaît qu'aujourd'hui, elle n'était pas optimale.» A ce titre, la centralisation de la gestion de la gare d'Aigle depuis Lausanne devrait être salutaire.

S'agissant de l'absence de bus, Jean-Philippe Schmidt indique enfin qu'il n'a pas été possible d'en mettre à la disposition des voyageurs à destination de Lausanne, à la différence de ceux qui se rendaient à Monthey (VS).

Paul, comme d'autres avec lui, a finalement pu rejoindre son lieu de travail lorsqu'il a vu deux trains arriver en gare vers 7h30. Mais il lui a fallu, pour cela, faire le bon choix. «Comme il n'y avait aucune indication, tous les passagers se sont dispatchés au hasard entre les deux trains. L'un des deux a fini par partir: j'étais dans le bon! L'un de mes amis, qui était monté dans l'autre, m'a appelé par la suite pour me dire qu'il était resté bloqué...»

*prénom fictif

Les CFF investissent 300 millions dans la sécurité

Les CFF vont investir 300 millions de francs dans la sécurité du trafic d'ici 2017. Ce crédit va servir à installer les 11'000 installations ETCS («European Train Control System») destinées à augmenter également la capacité du trafic ferroviaire. La première unité a été officiellement mise en service vendredi à Airolo (TI) en présence de représentants de l'Office fédéral des transports, des CFF et des partenaires industriels Siemens Suisse et Thales, a précisé la régie fédérale.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!