Avion disparu: Passagers suspects: trafic de passeports étudié
Actualisé

Avion disparuPassagers suspects: trafic de passeports étudié

La police thaïlandaise a annoncé dimanche enquêter sur un possible trafic de passeports, les réservations avec deux passeports européens suspects ayant été faites en Thaïlande.

Un Autrichien du nom de Christian Kozel et un Italien du nom de Luigi Maraldi apparaissent sur la liste des passagers, mais ils n'étaient à bord. Tous les deux se sont fait voler leur passeport en Thaïlande en 2012 et 2013, a confirmé l'organisation policière internationale Interpol. Des informations de vol consultées par l'AFP montrent que les deux billets d'avion à leur nom ont été réservés le 6 mars 2014 et émis dans la ville de Pattaya, station balnéaire de Thaïlande. Les deux billets électroniques portent des numéros consécutifs et ont tous deux été payés en bahts, la monnaie thaïlandaise.

Possible trafic

Kozel devait voler de Kuala Lumpur à Pékin, avant de poursuivre son voyage vers Amsterdam et Francfort. Maraldi devait voler quant à lui jusqu'à Amsterdam puis Copenhague. Un haute responsable de la police thaïlandaise a déclaré à l'AFP que la police thaïlandaise enquêtait sur un possible trafic de passeports volés à Phuket, station du sud du pays, où le passeport de Maraldi a été volé.

Maraldi s'est d'ailleurs présenté dimanche à la police à Phuket, ont précisé les autorités. «Il a dit qu'il n'était pas dans l'avion et que son passeport avait été volé l'an dernier», a expliqué le lieutenant colonel Akanit Danpitaksart, à l'AFP. Il a précisé ne pas avoir d'informations sur le passeport de Kozel, mais la diplomatie autrichienne a précisé dimanche qu'il avait été dérobé sur un vol Phuket-Bangkok.

Enquête pour terrorisme

La Malaisie a ouvert dimanche une enquête pour terrorisme après la disparition de ce Boeing 777 de Malaysia Airlines avec 239 personnes à bord. L'appareil a disparu moins d'une heure après son décollage de Kuala Lumpur. Deux des passagers voyageaient sous de faux nom, ayant usurpé leurs identités à un Autrichien et à un Italien. Un Italien de 37 ans s'était fait voler son passeport il y a quelques mois, le 1er août, alors qu'il se trouvait en Malaisie. Revenu en Italie, il avait obtenu un nouveau passeport avec un changement de résidence à Ravenne.

Majorité de Chinois

L'appareil transportait au total 227 passagers dont deux enfants en bas âge, et 12 membres d'équipage malaisiens, selon la compagnie. Parmi eux se trouvaient notamment 153 Chinois, 38 Malaisiens, sept Indonésiens, six Australiens, quatre Français, dont trois élèves du lycée français de Pékin, et trois Américains.

Le manque d'informations lié à cette disparition a provoqué la colère des familles des passagers rassemblées dans un hôtel voisin de l'aéroport de Pékin. «Ils auraient déjà dû nous dire quelque chose», a déclaré un homme. «Je ne sais pas pourquoi ils n'ont publié aucune information», a ajouté un autre, accusant les responsables de Malaysia Airlines d'être «inutiles».

L'angoisse des proches

A l'aéroport international de Kuala Lumpur, des proches de passagers attendaient des nouvelles, là aussi dans l'angoisse. «Ma femme pleure. Tout le monde est triste», a déclaré Hamid Ramlan, policier de 56 ans dont la fille de 34 ans et le beau-fils étaient à bord, en partance pour des vacances en Chine.

Pour tenter de retrouver l'appareil, des opérations conjointes entre le Vietnam et la Malaisie ont été mises en place. Elles «dureront aussi longtemps que nécessaire», a assuré le Premier ministre malaisien, Najib Razak. La Malaisie a mobilisé 15 avions militaires, six navires de guerre et trois vedettes des gardes-côtes.

Traces de carburant

Et alors qu'un destroyer de la 7e Flotte américaine, le USS Pinckney, s'est mis en route dans la journée vers la côte sud du Vietnam pour aider aux recherches, des avions de secours vietnamiens ont repéré deux nappes de carburant et une colonne de fumée au large du Vietnam.

La découverte a été faite dans un secteur situé à environ 150 miles (250 km) à l'ouest de l'île de Tho Chu, «mais nous ne pouvons pas confirmer qu'il s'agit de l'avion malaisien», a déclaré à l'agence Reuters Pham Quy Tieu, le vice-ministre vietnamien des Transports.

«Nous avons dépêché deux bateaux commerciaux et des navires militaires pour confirmation. Les nappes de pétrole font 15 kilomètres de long», a-t-il ajouté.

Un accident en 19 ans

Malaysia Airlines a enregistré peu d'accidents au cours de son histoire. Le pire désastre de ses 66 ans d'existence a eu lieu en 1977, lorsqu'un appareil s'était écrasé dans le sud de la Malaisie après un détournement, tuant les 93 passagers et les sept membres d'équipage.

Quant à l'avion concerné, un Boeing 777, long-courrier, il n'a connu qu'un seul accident mortel depuis sa mise en service il y a 19 ans. La famille de ces gros-porteurs bi-réacteurs affiche un bon bilan en ce qui concerne la sécurité et l'appareil est l'un des plus populaires depuis sa mise en service en 1995. (afp)

Les USA à la rescousse

Un destroyer de la 7e Flotte américaine, le USS Pinckney, est en route vers la côte sud du Vietnam afin d'aider aux recherches d'un Boeing 777 de Malaysia Airlines, disparu samedi, a annoncé le Pentagone.

Le destroyer qui était en manoeuvres dans les eaux internationales de Mer de Chine méridionale, pourrait se trouver dans le voisinage de l'avion disparu dans les 24 heures, a précisé le ministère américain de la Défense dans un communiqué.

Il transporte deux hélicoptères qui peuvent être équipés de matériel d'aide et de recherches.

Un avion de surveillance P-3C Orion équipé de radars et de matériel de recherches de longue portée est également sur le point de quitter la base aérienne américaine d'Okinawa au Japon.

Ton opinion