Buchs (AG): Passeport suisse obtenu: «J'avais un petit doute»
Actualisé

Buchs (AG)Passeport suisse obtenu: «J'avais un petit doute»

Tout est bien qui finit bien pour une candidate turque à la naturalisation.

La jeune femme et son compagnon.

La jeune femme et son compagnon.

DR

Le parlement de la commune de Buchs (AG) a finalement accordé la nationalité suisse à une jeune Turque. Elle la lui avait d'abord refusée, car elle ne faisait pas ses courses dans le village, notamment.

Par 27 voix contre 8, le législatif communal a suivi l'avis de l'exécutif qui lui recommandait d'accorder la citoyenneté suisse à la candidate âgée de 25 ans. Il est ainsi revenu sur sa décision du mois de juin. A l'époque, il avait suivi l'avis négatif de la commission des naturalisations et de la municipalité. Interrogée par nos collègues alémaniques, Funda Yilnaz a dit son soulagement et sa joie après cette issue favorable: «J'avais un petit doute».

Le ski plutôt que le hornuss

Née dans la région, la jeune ingénieure en génie civil a grandi à Buchs. Elle y a fréquenté l'école. Pourtant, la commission des naturalisations avait estimé, il y a quatre mois, qu'elle ne remplissait «pas les conditions d'une intégration réussie». En cause: plusieurs questions futiles sur les 92 posées par la commission lors des deux entretiens menés avec la candidate.

La commission demandait notamment si la jeune femme faisait ses courses dans les commerces du village ou chez un grand distributeur. La candidate aurait déclaré qu'elle faisait rarement ses achats dans les petits magasins locaux.

La commission aurait en outre aussi préféré entendre les réponses «lutte à la culotte» ou «hornuss», lorsqu'elle lui a demandé le nom d'un sport typiquement suisse. La candidate lui a répondu «le ski». Les recommandations de la commission surprenaient d'autant plus que la candidate avait réalisé un sans-faute dans l'épreuve écrite.

Tollé dans les médias

La décision des autorités communales a suscité une polémique médiatique au-delà des frontières de l'Argovie. Le procès-verbal des entretiens avait été publié par le magazine Schweizer Illustrierte.

Face au tollé, la municipalité a fait marche arrière. Le mois dernier, elle a annoncé qu'elle soutenait désormais le dossier de la candidate après avoir mené un entretien avec elle. Cette décision a abouti au vote du législatif de mercredi soir.

La jeune femme avait fait recours contre la première décision du législatif communal auprès du gouvernement argovien. Dans des cas similaires, le Conseil d'Etat a renvoyé le dossier aux communes pour une nouvelle décision. Il a parfois aussi accordé directement la nationalité suisse lorsque la commune s'est obstinée dans son refus. (nxp/20 minutes/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion