Actualisé 29.12.2013 à 14:58

Université de Zurich

Passer ses exams à domicile, c'est possible

Les 850 étudiants en Droit, qui terminent leur premier semestre début 2014, pourront passer leur premier examen en ligne, depuis le lieu de leur choix et sans surveillance. Certains jugent l'idée «absurde».

de
dmz

Le risque, pour les détracteurs, c'est de voir les examinés faire passer le test par quelqu'un d'autre ou de répondre en groupe. Même si l'examen concerné est un «open book», où les étudiants sont autorisés à consulter leur manuel, le faire passer sur ordinateur depuis un lieu non-défini et sans surveillance est pédagogiquement indéfendable: «C'est absurde!», s'exclame Kurt Imhof, professeur de Sociologie, dans les colonnes de la «Schweiz Am Sonntag». «Avec ce type d'examen, les étudiants estimeront ne pas avoir à travailler.»

L'Université, elle, se défend: les candidats recevront les questions dans un ordre différent, ce qui limite les possibilités de travail en groupe. Et la durée de l'examen, 90 minutes, laisse peu de temps pour faire des recherches approfondies. Le mieux reste donc de bosser la matière à fond. «Nous faisons confiance à l'envie d'apprendre de nos étudiants. S'ils se sont inscrits dans cette voie, c'est qu'il s'y intéressent», déclare Bettina Jacob, porte-parole de l'alma mater zurichoise au dominical. Enfin, l'Université de Zurich rappelle qu'il s'agit d'un essai.

Cet examen en ligne répond à une demande de la faculté de Droit: les étudiants qui ratent le test peuvent le repasser dès la semaine suivante et le gain de temps en matière de correction est important. De quoi économiser l'énergie des assistants et des professeurs.

Garder le niveau

Pour Rolf Dubs, professeur émérite à l'Université de Saint-Gall, la réputation de qualité de l'enseignement à Zurich est menacée. Des contrôles trop «faciles» nuiraient à la faculté. Le juriste, qui a enseigné dans plusieurs établissements à l'étranger fait la comparaison avec les Etats-Unis: les frais de scolarité dans les meilleures universités telles que Harvard ou Stanford ne sont pas plus élevés qu'en Suisse. Mais le niveau de difficulté de leurs examens les place dans le haut du panier.»

L'Université de Zurich tient à rassurer: la qualité de son cursus ne va pas baisser. La mesure testée ne concerne qu'un des examens et les classiques épreuves écrites et orales ne vont pas disparaître.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!