Covid à Genève: Patients genevois cancres des contrôles médicaux
Publié

Covid à GenèvePatients genevois cancres des contrôles médicaux

Obnubilées par la pandémie, de nombreuses personnes ont négligé leurs examens de santé chez leur médecin. Mais la tendance s’inverse désormais.

par
David Ramseyer
Getty Images

«Avec toute cette histoire de pandémie, je me suis aperçue que j’avais totalement zappé mes rendez-vous médicaux réguliers: que ce soit pour mon check-up annuel ou ma mammographie.» Katy n’est de loin pas un cas isolé, rapportent les professionnels de la santé. Inconsciemment ou pas, dès le printemps passé, de nombreuses personnes ont mis de côté leurs contrôles usuels. Ce n’est que depuis le début de l’année qu’elles reviennent consulter.

Même pour des pathologies sérieuses

L’Association genevoise des médecins de famille estime «à largement plus de 30%» la part des patients qui ont ainsi repoussé leurs rendez-vous. «Pas seulement pour des examens de routine, mais aussi pour des pathologies sérieuses, comme un diabète, une sciatique ou une insuffisance cardiaque, relève le Dr Didier Chatelain, président de la faîtière. Au final, cela a parfois nécessité des hospitalisations. De manière générale, nous estimons que nos patients sont aujourd’hui en moins bonne santé physique, et psychologique, qu’avant la pandémie.»

Le praticien avance plusieurs facteurs qui expliqueraient ces manquements. Parmi eux, la peur d’attraper le Covid, au cabinet médical ou sur le trajet pour s’y rendre. «Beaucoup nous ont aussi dit qu’ils ne voulaient pas nous déranger, nous croyant submergés.» S’ils consultent à nouveau, «c’est probablement parce que la nouvelle année a en quelque sorte agi comme un nouveau départ», estime Didier Chatelain.

Effet paradoxal de la pandémie

La présidente de l’ordre des gynécologues et obstétriciens de Genève, la Dre Ana Godinho Lourenço, a elle aussi constaté que de nombreuses patientes avaient fait l’impasse sur leurs examens d’usage. Si jusqu’à la mi-mai 2020, seules les urgences étaient autorisées dans les cabinets privés, «il semble que certaines personnes sont restées sur cette idée les mois suivants. D’autres ne sont pas venues nous voir en raison d’un confinement, d’une mise à l’isolement.» Mais surtout, beaucoup ont cultivé le sentiment «qu’avec le Covid, le reste pouvait attendre».

Paradoxalement, la spécialiste note un autre phénomène: «La pandémie a rappelé l’importance d’être en bonne santé. Du coup, cela en a réveillé certains. Nous recevons aujourd’hui de nombreuses patientes que nous n’avions plus vues depuis des années.»

Vaud: contacts pas coupés

Au début du confinement printanier, les contrôles réguliers ont aussi cessé côté vaudois, puisque les directives fédérales n’autorisaient que les consultations d’urgence. Mais une fois la mesure levée en mai, les patients sont rapidement revenus voir leur médecin pour leurs examens de routine. La raison? Une action, notamment, de l’Association vaudoise des médecins de famille. «Plus de 350 cabinets ont appelé tous leurs patients vulnérables ou âgés pour des conseils, du soutien, mais aussi pour leur rappeler l’importance des check-up, rembobine Jean-Pierre Vez, coprésident de la faîtière. Cela explique sans doute pourquoi nos patients ont beaucoup moins manqué leurs examens de routine qu’à Genève.»

Ton opinion

87 commentaires