Genève: Patrice Mugny accusé de copinage
Actualisé

GenèvePatrice Mugny accusé de copinage

Un ancien dossier refait surface et vient éclabousser Patrice Mugny et le Département de la culture. Un autre cas de traitement de faveur, selon la Cour des comptes à Genève.

par
fkh

Après Sandrine Salerno, c'est au tour de l'ancien magistrat en charge du Département de la culture, Patrice Mugny, de se voir épingler. Selon «Le Courrier», la Cour des comptes avait plusieurs fois critiqué les méthodes de recrutement au sein du département. En septembre, elle révélait un nouveau cas anonyme de «copinage» dans son analyse.

Un député écologiste favorisé

Selon le rapport, le député écologiste au Grand Conseil, Roberto Broggini, dont le nom a été révélé par «Le Courrier», aurait bénéficié d'un traitement de faveur. En question, un contrat temporaire d'une durée de six mois, à 50%, renouvelé une fois, dont le délai et le coût n'étaient pas en «adéquation avec le livrable reçu (essentiellement un fichier excel de 400 adresses et photos).» Un cas de favoritisme selon la Cour des comptes, d'autant plus que ce député appartient au même parti politique que le directeur et le magistrat concernés.

Travail dans le vide

Le fichier réalisé par le député était «entaché de plusieurs erreurs et n'a pas été utilisé dans le cadre du projet dans lequel il s'inscrivait», précise encore la Cour des comptes. Celle-ci avait déjà signalé en 2010, à deux reprises, des couacs au sein du Département de la culture, concernant l'engagement d'un «collaborateur pour un poste qui ne correspondait pas à son expérience et à sa formation professionnelle».

Patrice Mugny n'a pas souhaité s'exprimer. Son successeur, Sami Kanaan, refuse de commenter des faits qui relèvent du passé.

Ton opinion