Ski alpin: Patrick Küng est descendu sur les traces de Cuche
Actualisé

Ski alpinPatrick Küng est descendu sur les traces de Cuche

Petits yeux témoins d'une courte nuit et sourire de satisfaction dessiné sur le visage; le gagnant de Wengen a longuement partagé son bonheur, dimanche matin.

par
Marc Fragnière
Wengen
Son premier succès en Coupe du monde date de ce début de saison, en super-G à Beaver Creek.

Son premier succès en Coupe du monde date de ce début de saison, en super-G à Beaver Creek.

Le Glaronnais, dixième Suisse de l'histoire de la Coupe du monde à avoir épinglé le Lauberhorn, s'est exprimé en Hochdeutsch et avec sa bonhomie habituelle. Passé en quatre ans de fils prodigue à enfant prodige du ski suisse, celui qui avait été prié de plier bagage après une soirée prétendument trop arrosée à Whistler (Can), en marge des Jeux de 2010, tient une belle revanche. A 22 jours de la descente olympique de Sotchi, «Päde» fait figure de plus grand espoir de médaille pour la délégation alpine masculine.

«Pour un skieur suisse, il n'y a pas de plus bel endroit que Wengen pour ouvrir son palmarès en descente», s'était délecté Küng, samedi après son succès sur un Lauberhorn amputé de sa partie supé­rieure à cause du vent. Troisième de la Coupe du monde de la discipline reine et deuxième du classement du super-G, le Glaronnais, qui arbore le même sponsor casque que Didier Cuche, semble suivre les traces du héros neuchâtelois.

A tout juste 30 ans, il réfute néanmoins les comparaisons avec son aîné, qu'il tient en très haute estime. «Lorsque je suis arrivé dans son groupe d'entraînement, il avait déjà 34 ans et savait que sa carrière ne serait pas éternelle. Dès lors, j'ai beaucoup profité des nombreux conseils qu'il m'a donnés. Et puis, après chaque entraînement, j'analysais la ligne que Didier avait épousée pour tenter de m'en inspirer... Encore fallait-il y parvenir!» a-t-il ri.

Vainqueur de 21 épreuves en Coupe du monde, le Neuchâ­telois possède la particularité de s'être imposé à 16 reprises après avoir soufflé ses 32 bougies. D'aucuns y voient un signe. D'autant plus que le skieur des Bugnenets avait ouvert son palmarès par un succès dans la descente sprint de Kitzbühel, l'autre mythe du cirque blanc, en 1998. A King Küng de jouer!

Le vainqueur du Lauberhorn en bref

Patrick Küng dispute sa 1re course FIS en 1999. En 2002, son compère glaronnais Werner Elmer meurt lors d’une descente FIS à Verbier. Cette expérience tragique crée un blocage chez Küng, incapable de lâcher les chevaux comme auparavant. Il hésite à stopper sa carrière en 2006, lorsqu’il se blesse sévèrement à l’occasion d’un entraînement en Autriche. Jambe droite et cheville gauche brisées. Il fait sa première apparition en Coupe du monde le 16 janvier 2009 à Wengen, lors du super-combiné.

Un week-end primé à 53'000 francs

Alexis Pinturault a retrouvé toutes ses sensations en slalom, dans l’Oberland. Après onze mois de disette en Coupe du monde, le Savoyard était parvenu à conjurer le sort en terminant enfin deux manches, le week-end précédent à Adelboden (23e). Déjà 2e du super-combiné de vendredi, le Français a encaissé 53'000 fr. à Wengen. Septième sur le 1er tronçon du slalom dominical, il a mis tout le monde d’accord au 2e acte. Pinturault a laissé ses meilleurs adversaires de la manche à près d’une demi-seconde. Vingtième, Luca Aerni a été le meilleur Suisse. «Mon but est d’aller toujours plus devant. J’ai réalisé une bonne manche, constante, et ces points devraient me permettre de partir dans les trente premiers», s’est réjoui le Valaisan, désormais matricule 29 en slalom.

Ton opinion