Lausanne: Patrouille citoyenne genevoise refoulée du Flon

Actualisé

LausannePatrouille citoyenne genevoise refoulée du Flon

Quatre membres des Guardian Angels ont arpenté les rues de Lausanne, vendredi soir. Une initiative qui a déplu à la police locale.

L'appréciation de la rencontre entre ces patrouilleurs genevois et les policiers lausannois diffère selon les protagonistes.

L'appréciation de la rencontre entre ces patrouilleurs genevois et les policiers lausannois diffère selon les protagonistes.

photo: Kein Anbieter/dr

Depuis deux ans, les Guardian Angels (GA) patrouillent à Genève. Ces quelque trente citoyens, formés aux arts martiaux et aux premiers secours, se sont donné pour mission de résoudre les conflits de rue, la nuit au bout du lac. Vendredi dernier, quatre d'entre eux ont fait le voyage de Lausanne dans le même but, et parce qu'on leur a demandé de venir, assurent-ils. Mais l'accueil que leur a réservé la police locale a été glacial, rapporte la «Tribune de Genève» ce lundi.

Agents vaudois et patrouilleurs genevois se sont rencontrés au Flon. «Une fouille de sécurité a eu lieu, explique le porte-parole de la police lausannoise au quotidien. Mais le contact entre les agents et ces quatre personnes, dont nous avons relevé l'identité, s'est bien passé, selon ce qui m'a été rapporté.» Il aurait par ailleurs été expliqué aux Guardian Angels que leur présence risquerait de créer davantage de problèmes qu'elle n'en résoudrait. La version du leader des GA diverge. Il parle de menaces proférées par un policier, relaie la «Tribune». Il va porter plainte.

Pierre-Antoine Hildbrand, municipal lausannois chargé de la sécurité, voit d'un très mauvais œil la venue du groupe genevois en terres vaudoises: «Le maintien de la sécurité est une tâche régalienne. Croire que des personnes, même motivées, puissent amener une action de sécurité constructive relève d'une vision un peu féodale de ce que devrait être la vie publique.»

(20 minutes)

Ton opinion