28.07.2020 à 17:02

GenèvePatrouilles de police caillassées aux Palettes

Des jeunes ont protesté contre l’interpellation d’un de leurs camarades de quartier, qui transportait sur son scooter un passager sans casque. Ils ont lancé des projectiles sur la police.

de
Lucie Fehlbaum
Les faits se sont produits à l’Étoile-Palettes.

Les faits se sont produits à l’Étoile-Palettes.

©TdG – Pascal Frautschi (archives)

L’interpellation d’un motocycliste sans casque a failli tourner au chaos vendredi vers 22 h 20, dans le quartier des Palettes, à Lancy (GE). Une patrouille de police, lancée à la poursuite d’un scootériste dont le passager avait la tête nue, s’est fait bombarder de cailloux par un groupe d’une vingtaine de jeunes du quartier. «Le motocycle circulait avenue des Communes-Réunies en direction des Palettes, indique Alexandre Brahier, porte-parole de la police genevoise. Une patrouille motorisée a remarqué que le passager n’avait pas de casque. Elle a enclenché les feux bleus et le signal Stop-Police. Le conducteur a alors pris la fuite en direction de la route de Saint-Julien.»

Arrivé à l’avenue des Palettes, le passager est descendu et a pris la fuite à pied. Le conducteur a continué sa course en direction de Perly, «commettant un nombre certain d’infractions à la loi sur la circulation routière», poursuit Alexandre Brahier. Il a terminé sa course dans la clôture d’une villa, au chemin de la Redoute.

Le motocycliste a alors été interpellé. Mais, rapidement, un groupe d’une vingtaine de jeunes du quartier ont fait irruption. «Ils ont fait opposition en jetant des cailloux sur la patrouille de police. Son véhicule a été endommagé, détaille le porte-parole. Deux patrouilles, venues en renfort, ont également essuyé des jets de projectiles. Heureusement, personne n’a été blessé.»

«Un maximum de jeunes identifiés»

Un jeu du chat et de la souris a alors commencé à travers le quartier. Des jeunes sont partis en courant se réfugier dans les allées d’Étoile-Palettes. Les patrouilles de police ont interpellé un jeune - en plus du scootériste. Plusieurs voisins ont signalé des attroupements ou des dégâts provoqués sur leurs véhicules.

«Pour nous, il est exclu que certains quartiers deviennent des zones de non-droit, affirme Alexandre Brahier. Nous avons identifié un maximum de jeunes et montré notre présence. Nous effectuons par ailleurs des prélèvements sur les objets qui ont été lancés sur les agents.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
481 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

VB

29.07.2020 à 20:02

A vous les caillasseur de mes ...... ça se la raconte ..... Les mecs qui tirent des pierres à 10 mètres de la police et qui se tirent en courant... c est cela être des hommes pour vous ? Écoutez bien les gamins, un homme assume ses actes, être un homme c est un mec qui s assume en payant ses factures et comprend que nous sommes une collectivité, être un homme c est partir Le Matin travailler pour payer à manger à ses mômes, c est en avoir assez de couille pour entreprendre un apprentissage ou même des études tardives par ce que papa et maman on toujours tout fait pour moi pour qu à mon tour je puisse devenir un Homme. Un homme un vrai respecte sa femme. Alors les caillaseur ? Vous pouvez cocher combien de casse ?

charles

29.07.2020 à 14:48

hello les gars et ben moi dans 3 mois je file payer des impôts ailleurs je suis ravi.

Octave Vairgebel

29.07.2020 à 14:17

Nous ne connaissions pas ces problèmes il y a 30 ans car il existait des "maisons de redressement" comme Les Ormeaux à Lancy ou le Centre Astural à Anières. Les éducateurs faisaient du bon boulot mais cela ne plaisait pas à certains politicards de gauche !! Il faut rouvrir les maisons de redressement et éduquer les jeunes puisque leurs parents n'en sont pas capables ! Peut-être que ces adultes faisaient pareil et n'était pas éduqués.