Genève: Payer pour les frontaliers: «Hors de question!»
Actualisé

GenèvePayer pour les frontaliers: «Hors de question!»

Les Genevois pourraient être amenés à financer des parkings et des trams en France voisine. Tollé.

par
Raphaël Leroy
Guy Mettan est membre de la délégation au sein de la commission transfrontalière.

Guy Mettan est membre de la délégation au sein de la commission transfrontalière.

Désengorger Genève de son trafic pendulaire en finançant des infrastructures de l'autre côté de la frontière. Telle est l'idée du PDC genevois Guy Mettan.

Selon la «Tribune de Genève», le député a déposé la semaine passée un texte au Grand Conseil demandant qu'un fonds subventionné à parts égales entre Genevois et Français soit constitué.

25 millions à charge des Genevois

«Nous arriverions à un pot de 50 millions, ce qui nous permettrait de financer des parkings et des prolongements de trams en France», indique Guy Mettan qui n'exclut pas à terme d'impliquer le canton de Vaud dans l'affaire, vu le nombre de travailleurs frontaliers présents à Nyon ou Lausanne.

«Ce n'est pas aux Genevois de financer les infrastructures françaises!» s'exclame le député MCG Thierry Cerutti. Le président de la commission des affaires régionales, l'UDC Eric Leyvraz, craint de raviver des tensions «en cette période d'accalmie».

«Résolvons déjà nos problèmes!»

De son côté, le président du Conseil d'Etat vaudois, Pascal Broulis, temporise. «Nous devons déjà résoudre nos propres problèmes.»

Ton opinion